L'apprentissage autorégulé: Quand la métacognition orchestre motivation, volition et cognition. Un modèle pour l'action pédagogique qui vise à rendre les étudiants plus autonomes

Research output: Contribution to journalReview article

49 Downloads (Pure)

Abstract

Dans le cadre de nos travaux de recherche sur la volition (se mettre au travail et y rester) en première année de l’enseignement supérieur, différents concepts en lien avec l’apprentissage autorégulé ont été traités : la métacognition, la motivation, la cognition et la volition. Ces démarches nous ont permis de regrouper et de relier entre eux ces quatre mécanismes de l’apprentissage et ainsi d’élaborer un modèle de l’apprentissage autorégulé pour l’action où la métacognition joue le rôle de régulateur des autres facettes de l’apprentissage. Ce modèle de l’apprentissage autorégulé se veut un outil au service de la promotion de la réussite, tant pour le corps enseignant que pour les conseillers pédagogiques impliqués dans l’accompagnement des étudiants. En effet, il devrait permettre aux acteurs de l’enseignement de mobiliser les connaissances acquises à propos de ces différents concepts, pour cerner dans quel volet de l’apprentissage se situent les difficultés des étudiants, et ensuite pour les accompagner de manière ciblée vers des apprentissages plus autonomes.

Intégrer la métacognition dans un modèle de l’apprentissage autorégulé permet de conserver les composantes essentielles de la métacognition pour concevoir des actions pédagogiques : les stratégies métacognitives, les connaissances métacognitives et les expériences métacognitives.

Intégrer la volition dans notre modèle offre l’avantage de tenir compte d’une difficulté rencontrée actuellement par une majorité d’étudiants : se mettre au travail et maintenir l’effort, et dès lors de pouvoir agir pédagogiquement.

Cet article a pour but de décrire ce modèle et son opérationnalisation. Ainsi, après la description du modèle, une situation réelle, qui nécessite un apprentissage autonome de la part des étudiants à l’université, sera présentée, les liens avec le modèle seront établis et des actions pédagogiques concrètes seront suggérées.

Enfin, puisque la volition est problématique pour 75 % des étudiants, deux activités de groupe, élaborées à la suite de nos travaux, seront décrites. Ces activités, organisées dans le cadre des cours préparatoires et lors de séminaires de méthodologie, visent à aider les étudiants à se mettre au travail et à maintenir l’effort jusqu’à l’atteinte du but fixé.
Original languageFrench
Number of pages23
JournalRevue internationale de pédagogie de l'enseignement supérieur (RIPES)
Volume2
Issue number33
Publication statusPublished - 2017

Cite this