Rôle du cuivre et de la protéine Prion dans le vieillissement cellulaire

  • Emmanuelle Boilan

Student thesis: Doc typesDocteur en Sciences

Résumé

Du rôle du cuivre et de la protéine Prion dans le vieillissement cellulaire En 1961, le Pr. L. Hayflick pose les bases du vieillissement cellulaire avec la découverte de la sénescence réplicative. Par la suite, il a été montré que différents stress peuvent déclencher l’apparition d’une sénescence prématurée, nommée Sénescence Induite Prématurément par les Stress (SIPS). Depuis, la liste d’acteurs impliqués dans la sénescence ne cesse de croître mais peu de recherches ont été réalisées sur le rôle des métaux dans la sénescence. Le cuivre joue un rôle important dans le monde du vivant car il est le catalyseur de nombreuses réactions biochimiques et peut être impliqué dans la structure et la fonction des protéines. L’importance de l’homéostasie du cuivre au cours du vieillissement a été démontrée chez un champignon filamenteux Podospora anserina. Les résultats de ce travail donnent de nouvelles indications qui suggèrent que le lien entre l’homéostasie du cuivre et le vieillissement ne peut être restreint à P. anserina, mais est conservé. La première partie de ce travail a mis en évidence que le cuivre est impliqué dans la sénescence des fibroblastes diploïdes humains (FDHs) WI-38. En utilisant différentes techniques, nous avons montré, pour la première fois au niveau cellulaire, qu’une accumulation de cuivre apparaissait dans les FDHs en sénescence réplicative. Nous avons également montré que le cuivre pouvait jouer un rôle actif dans l’établissement du phénotype sénescent. En effet, une incubation avec un milieu enrichi en cuivre engendre un stress oxydatif, une réponse antioxydante mais aussi l’apparition prématurée de marqueurs de la sénescence. Ce dernier phénomène est dépendant du stress oxydatif généré par le cuivre et de p38MAPK. Une autre partie de ce travail porte sur le rôle de la protéine Prion (PrP) dans la sénescence. Nous avons montré que PrP est surexprimée dans les PBMC (peripheral blood mononuclear cell) provenant de personnes âgées en comparaison avec des personnes jeunes, dans les FDHs en sénescence réplicative et en sénescence prématurée induite par le cuivre ou par d’autres stress oxydants. Les FDHs WI-38 incubés avec le milieu enrichi en cuivre montrent une surexpression de PrP sous sa forme normale (PrPc) et localisée à la fois dans le cytoplasme et le noyau. Nous avons ensuite montré que l’invalidation de l’expression de PrP par siRNAs spécifiques engendre déjà à elle seule l’apparition de marqueurs de la sénescence. Cette invalidation semble également induire une augmentation de la production de ROS et des dommages à l’ADN. Ces résultats suggèrent que PrPc joue un rôle dans la protection contre les stress oxydatif, les dommages à l’ADN et la sénescence. Ce travail met en avant le rôle des métaux tels que le cuivre dans les mécanismes de la sénescence.
la date de réponse19 oct. 2012
langue originaleFrançais
L'institution diplômante
  • Universite de Namur
SuperviseurFlorence Chainiaux Debacq (Promoteur), Olivier TOUSSAINT (Promoteur), Bertrand Friguet (Jury), Benaïssa Elmoualij (Jury), Yves Poumay (Jury) & Carine MICHIELS (Président)

mots-clés

  • Vieillissement
  • Prion
  • Aging
  • Cuivre
  • Copper
  • stress

Contient cette citation

'