Le PET Scan : de l'optimisation à l'utilisation de nouveaux radioisotopes

Thèse de l'étudiant: Master typesMaster en sciences physiques

Résumé

Le PET scan est une technique d'imagerie médicale de plus en plus utilisée étant donné les grands avantages qu'elle offre pour la détection des cancers, vis-à-vis des autres techniques traditionnelles (RMN, CT...). Cependant, certains phénomènes amènent une diminution de la netteté de l'image. Parmi ceux-ci, on notera plus particulièrement les coïncidences fortuites qui ont pour effet de donner de fausses lignes sur lesquelles se trouveraient une source émettrice de positrons. Une solution a été trouvée pzr le Professeur Demortier pour diminuer les fausses coïncidences détectées : utiliser la propriété de se désexciter par émission gamma supplémentaire (appelé gamma secondaire) de certains émetteurs beta plus. L'idée et de ne permettre de détecter les gamma d'annihilation qu'à aprtir du moment où un gamma secondaire a été préalablement détecté. Ainsi, la probabilité d'obtenir une coïncidence fortuite est beaucoup plus faible. Le meilleur candidat pour dévelloper cette technique est le 94Tc. Le but de ce mémoire est d'étudier le spropriétés des détecteurs à scintillation de type NaI(Tl) et à semiconducteur (HPGe) en vue d'utiliser ceux-ci de manière optimale pour minimiser les pertes de netteté dues aux coincidences fortuites. Suite à ces analyses, je donnerai un exemple de configuration géométrique à suivre pour utiliser le nouveau système de détecteurs. De plus, une étude particulière sera menée au sujet de deux radioéléments qui pourraient être utilisés par la suite comme radiotraceurs : le 93Tc et le 95Tc, de sorte à déterminer si le technétium 95 est émetteur beta plus, contrairement à ce qui est stipulé dans les tables de référence utilisées.
Date de réussite2003
langueFrançais
SuperviseurGuy Demortier (Promoteur)

Citer ceci

Le PET Scan : de l'optimisation à l'utilisation de nouveaux radioisotopes
Seldrum, T. (Auteur). 2003

Thèse de l'étudiant: Master typesMaster en sciences physiques