Comment la COVID-19 a sauvé l'éthique des soins de santé

    Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticleRevue par des pairs

    Résumé

    Une maladie contagieuse telle que la COVID-19 peut à tout moment transformer chacun d'entre nous en un être hybride, tout à la fois victime et vecteur d'une menace sanitaire. En tant que victime, nous avons le droit de réclamer d'être protégé, soigné, accompagné de la façon la plus individualisée possible, dans le respect de nos particularités. Mais en tant que vecteur, nous devons accepter que nous constituons une menace pour nos congénères et qu'il est légitime que la société nous impose des règles et des contraintes raisonnables pour endiguer cette menace. Une révolution copernicienne est donc en marche dans le petit monde de l'éthique des soins de santé. Sachant que, par la contamination, nous pouvons nuire aux autres, un décentrement éthique est indispensable qui intègre le devoir moral de tout mettre en œuvre pour éviter de transmettre notre affection aux autres, au risque même de notre autonomie. Par ailleurs, un tel décentrement ne pourra pas faire l'économie d'une resocialisation d'une éthique des soins de santé qui a peu à peu oublié la réalité des déterminants sociaux de la santé.
    langue originaleFrançais
    Pages (de - à)6-12
    Nombre de pages7
    journalJournal de Médecine Légale, Droit Médical, Victimologie, Dommage Corporel
    Volume63
    Numéro de publication4
    Etat de la publicationPublié - 28 déc. 2020

    Contient cette citation