Study of cell responses after lipid raft disruption by cholesterol depletion in epidermal keratinocytes

  • Conny Mathay

Student thesis: Doc typesDocteur en Sciences Biomédicales et Pharmaceutiques

Résumé

La peau assure un rôle de protection important en élaborant une barrière entre l’organisme et l’environnement. Cette barrière est essentiellement formée par la différentiation progressive de kératinocytes épidermiques. La barrière épidermique joue un rôle capital pour l’organisme puisque la peau est constamment exposée aux agressions externes. Dans cette étude, nous avons analysé l’importance du cholestérol membranaire et des lipid rafts dans des kératinocytes épidermiques normaux en déplétant le cholestérol à l’aide de la molécule methyl-beta-cyclodextrin. Depuis la découverte de l’implication directe de lipid rafts dans la signalisation cellulaire, l’intérêt scientitfique pour ces microdomaines membranaires enrichis en cholestérol a fortement augmenté. Notre étude identifie le facteur de croissance heparin-binding EGF-like growth factor (HB-EGF) comme un des acteurs majeurs suite à une perturbation des lipid rafts via extraction de cholestérol. Nous montrons également que HB-EGF est exprimé dans la peau en cicatrisation après blessure par brûlure cutanée. Les parallélismes dans la réponse des kératinocytes face à la perturbation des lipid rafts ou face au stress oxydatif nous ont incités à investiguer si des éventuels méchanismes de stress oxydatif sont impliqués dans les effets induits par une déplétion en cholestérol. Cependant, nos résultats démontrent clairement que la perturbation des lipid rafts n’induit pas de mécanismes de stress oxydatif. Par la suite, une approche transcriptomique sans a priori a été choisie pour déterminer les acteurs majeurs, fonctions et voies de signalisation. HB-EGF, interleukin-8, urokinase-like plasminogen activator et son récepteur sont identifiés parmi les cibles transcriptionnelles majeures dans les kératinocytes déplétés en cholestérol. De plus, des analyses bioinformatiques de gènes différentiellement régulés ont permis d’établir un lien potentiel avec la dermatite atopique, une maladie inflammatoire de la peau. Cette hypothèse a été investiguée, et confirmée, dans des biopsies de peau de patients atteints de dermatite atopique. Nos données contribuent donc à une meilleure compréhension de la biologie cutanée des lipid rafts et suggèrent que la fonctionnalité des lipid rafts de kératinocytes situés dans les lésions de dermatite atopique pourrait être compromise.
la date de réponse8 juil. 2010
langue originaleAnglais
L'institution diplômante
  • Universite de Namur
SuperviseurYves Poumay (Promoteur), Catherine Lambert (Président), Florence Chainiaux Debacq (Jury), Eric Depiereux (Jury), Alain Colige (Jury), Arjen F. Nikkels (Jury) & Mark Pittelkow (Jury)

Contient cette citation

'