Responses of peripheral blood mononuclear cells to malachite green in the Asian catfish combining in vitro and in vivo approaches

  • Marie-Aline Pierrard

Thèse de l'étudiant: Doc typesDocteur en Sciences

Résumé

Le vert de malachite (MG) est utilisé comme antiseptique pour prévenir et traiter les parasites, les infections fongiques et bactériennes chez les poissons. Ce désinfectant a été controversé car susceptible d’avoir des propriétés cancérigènes chez les mammifères et d’induire des effets toxiques chez les poissons. Interdit à l’utilisation sur des poissons destinés à la consommation humaine, ce composé et ses résidus sont couramment détectés dans les filets de poissons. Notre étude porte plus particulièrement sur l’élevage du poisson-chat asiatique, Pangasianodon hypophthalmus, un des poissons les plus importants d’un point de vue économique. Les violations répétées concernant cette espèce posent des questions en termes de santé humaine et d’évaluation des risques. Les globules blancs mononucléaires du sang périphérique (PBMC) ont été choisis pour nous permettre un échantillonnage régulier peu invasif. Grâce à la combinaison des approches in vitro et in vivo, quelques voies de recherches potentielles sur la toxicité du MG dans les PBMC de poissons ont été soulignées. Les analyses protéomiques ont suggéré que le MG pouvait conduire à de possibles perturbations de la transcription, de la réplication mais également des processus de réparation de l’ADN, des perturbations potentielles de la division cellulaire, une désorganisation du cytosquelette, des modifications de l’expression de chaperones moléculaires, en plus, de protéines liées au système de l’ubiquitine protéasome. Finalement, les études sur la toxicité du MG devraient se focaliser sur les mitochondries qui semblent être une cible importante de ce dernier. Aucune protéine impliquée dans le stress oxydant n’a été identifiée dans les analyses protéomiques. De même, la glutathione peroxidase (GPx) et la glutathione S-transferase (GST), mesurés dans les branchies et le foie n’ont pas montré de variation significative. Une diminution significative de l’activité hépatique de la catalase (47 %), directement après exposition au MG, suggère son effet négatif sur cette enzyme antioxydante. Cette étude avait également pour but de suggérer une signature d’expression protéique biomarqueur robuste pour la détection de l’utilisation illégale du MG, avec, pour objectif final d’appliquer cette signature biomarqueur pour la surveillance dans les fermes aquacoles. Cette dernière serait composée de 11 protéines différentiellement exprimées suite au traitement au MG jusqu’à un mois après décontamination. Avant l’emploi à des fins réglementaires, beaucoup de travail sera encore nécessaire et des études plus approfondies concernant les protéines suggérées sont inévitables pour assurer la fiabilité de ces candidats biomarqueurs. Dans son ensembe, le projet de recherche contribue fortement à l’investigation du méchanisme d’action du MG. Le MG étant difficile à remplacer en tant que fongicide, les recherches sur le MG doivent continuer.
la date de réponse15 nov. 2011
langue originaleAnglais
L'institution diplômante
  • Universite de Namur
SuperviseurPatrick KESTEMONT (Promoteur), FREDERIC SILVESTRE (Copromoteur), Eric Depiereux (Président), Martine Raes (Jury), Marie-Claire Gillet (Jury) & Helmut Segner (Jury)

mots-clés

  • malachite green
  • PBMC
  • pangasius
  • proteomic
  • fish
  • biomarker
  • primary culture

Contient cette citation

'