Les marqueurs de (dis)fluence en Langue des signes de Belgique francophone

Thèse de l'étudiant: Doc typesDocteur en Langues, lettres et traductologie

Résumé

L’objectif principal de cette thèse est de dépeindre l’emploi (quantitatif et qualitatif) d’une série d'éléments linguistiques qui participent à l’impression globale de fluidité d’un discours en langue des signes de Belgique francophone (LSFB) dans des productions signées (spontanées et semi-interactives) non pathologiques de personnes sourdes ayant acquis la LSFB à différents stades de leur vie (natifs/naissance, quasi-natifs/enfance, et tardifs/adolescence), sans visée normative. Les données permettent de vérifier si l’opposition habituellement véhiculée entre la fluence des signeurs natifs (issus de parents sourds) et la réputée moins bonne qualité du discours des signeurs non natifs (issus de parents entendants) se fonde sur des éléments linguistiques observables, en dehors du degré de complexité ou de correction grammaticale.

Les analyses s’inscrivent dans une approche componentielle de la (dis)fluence (Götz, 2013), c’est-à-dire que la fluence et la disfluence sont envisagées comme résultant d’une accumulation d’éléments qui sont quantifiables et qualifiables. Les observations ont donc porté sur un ensemble de phénomènes linguistiques mesurables, appelés fluencèmes à la suite de Götz (2013). L’intérêt de cet angle d’approche est l’absence de jugement a priori sur la nature fluente ou disfluente d’un fluencème. C’est l’emploi en contexte et la façon dont il se combine aux autres fluencèmes au sein d’une production signée qui offrent des pistes d’interprétation sur son rôle de perturbateur de l’énoncé ou d’outil stratégique pour l’élaboration du discours en cours. L’analyse de l’ensemble des fluencèmes identifiés lève le voile sur l’aspect global d’une production et inscrit le discours d'un signeur dans un certain style de (dis)fluence.

En s'appuyant en partie sur les marqueurs de (dis)fluence mis en avant dans les études en LV et en partie sur les spécificités de la modalité visuo-gestuelle (comme le regard, l’expression du visage et la présence de deux articulateurs manuels), une liste de fluencèmes a été établie : débit, arrêt des mains en position neutre entre les signes, mouvement de recherche lexicale, « palm up », troncation de signes, direction du regard, tenue des mains en début ou en fin de signe, et répétition. D'une part, chaque catégorie de fluencèmes a été analysée, et d’autre part, ont été étudiées les combinaisons entre fluencèmes, c’est-à-dire les lieux de co-occurrence de plusieurs fluencèmes et l’aspect général d’un discours une fois toutes les variables prises en compte.

Les résultats ne confirment pas une répartition des signeurs en trois groupes (natifs, quasi-natifs et tardifs). Certes de petites tendances sont observées pour certains aspects (au niveau du débit, des tenues, des non-manuels, et de la forme des répétitions), mais le comportement général des fluencèmes au sein des productions des signeurs est similaire, quel que soit l’âge d’acquisition de la LSFB. Les données démontrent aussi pour certains éléments une grande variabilité individuelle au sein même des trois groupes. En outre, les signeurs ne sont pas constants à travers leurs tours de signation et peuvent donc endosser plusieurs styles de (dis)fluence. Ainsi a été déconstruite la préconception selon laquelle les productions signées des signeurs tardifs contiendraient plus d’interruptions et de marques d’hésitation que celles des signeurs natifs. Le mythe du signeur natif a été nuancé, en démontrant qu’il
n’y a pas de différences si claires entre les natifs et les non-natifs, d’après les éléments observés ; et qu’à certains points de vue, certains quasi-natifs ou tardifs, ont des styles de (dis)fluence proches ou identiques à ceux des natifs.
la date de réponse30 août 2017
langue originaleFrançais
L'institution diplômante
  • Universite de Namur
SuperviseurLaurence Meurant (Promoteur), Anne Catherine Simon (Copromoteur), Lieven VANDELANOTTE (Président), Mieke Van Herreweghe (Jury) & Pamela Perniss (Jury)

mots-clés

  • langue des signes (LSFB)
  • fluence
  • disfluence
  • fluencème
  • style de (dis)fluence
  • combinaison
  • discours
  • répétition
  • tenue
  • pause
  • palm-up
  • débit
  • troncation
  • regard
  • mythe du signeur natif

Attachement à un institut de recherche reconnus à l'UNAMUR

  • NALTT

Contient cette citation

Les marqueurs de (dis)fluence en Langue des signes de Belgique francophone
Notarrigo, I. (Auteur). 30 août 2017

Thèse de l'étudiant: Doc typesDocteur en Langues, lettres et traductologie