Identification de gènes impliqués dans les métastases induites par l'hypoxie, via l'analyse statistique et bioinformatique de banques de damiers à ADN, et confirmation de leur expression différentielle dans des modèles in silico

  • Bertrand De Meulder

Thèse de l'étudiant: Doc typesDocteur en Sciences

Résumé

Cette thèse comporte deux axes principaux, à savoir la mise en place d’outils bioinformatiques et statistiques d’analyse de données obtenues à l’aide de puces à ADN, ainsi que leur application à des données relatives au phénomène métastatique induit par l’hypoxie. Les différentes analyses bioinformatiques et statistiques développées s’appuient sur un savoir-faire qui a été construit au cours des dernières années et propre à notre laboratoire, auquel nous avons apporté notre participation ; ainsi que sur plusieurs contributions innovantes réalisées au cours de cette thèse. Dans la première partie, nous avons utilisé une base de données (PathEx) afin de sélectionner les jeux de données les plus adaptés aux recherches que l’on souhaite effectuer. Ensuite, grâce à un outil de mesure des performances des analyses statistiques « single gene » que nous avons développé, nous avons sélectionné la méthode la plus adaptée aux différents jeux de données. L’utilisation d’une étape innovante de méta-analyse sur ces résultats et une analyse de sur-représentation effectuée sur les voies de signalisation contenues dans KEGG, nous ont alors permis respectivement d’identifier des gènes différentiellement exprimés de façon récurrente au sein des jeux de données et de trier ces gènes par fonction biologique. Parallèlement à cet axe d’analyse « single gene », nous avons développé une méthode d’analyse « geneset », appelée FAERI, permettant l’analyse statistique de groupes de gènes biologiquement reliés au lieu de gènes pris individuellement. La mise en commun des résultats de ces deux axes d’analyse (single gene et geneset) affine l’identification de groupes de gènes supposés être impliqués dans la problématique étudiée. L’application de ces différentes étapes d’analyses sur des données relatives au phénomène métastatique et à l’hypoxie nous a permis d’identifier plusieurs centaines de gènes candidats, répartis dans plusieurs dizaines de voies de signalisation. Il est à noter qu’une grande partie des gènes identifiés dans ce travail sont en accord avec la littérature récente. De plus, nous avons découvert, et ce de façon toute à fait nouvelle, l’implication de la voie du spliceosome dans le phénomène métastatique, pour laquelle 20 nouveaux gènes candidats ont été identifiés. Ceci suggère que les phénomènes d’épissages alternatifs participent au développement des métastases. Nous avons donc développé une séquence d’analyses statistiques et bioinformatiques permettant la mise en évidence de gènes candidats pertinents, comme montré lors de son application à la situation biologique du développement des métastases induites par l’hypoxie.
la date de réponse22 janv. 2013
langue originaleFrançais
L'institution diplômante
  • Universite de Namur
SuperviseurCarine MICHIELS (Copromoteur), Eric Depiereux (Promoteur), Thierry ARNOULD (Président), Jean-Michel DOGNE (Jury), Xavier De Bolle (Jury), Jacques van HELDEN (Jury) & Pierre Sonveaux (Jury)

Contient cette citation

'