Hydrosilanisation des nanotubes et leur incorporation dans des matrices de type silicone

  • Jean-François Seffer

Student thesis: Doc typesDocteur en Sciences

Résumé

Cette thèse s'inscrit dans le domaine des nanotubes de carbone et particulièrement dans le cadre de leur fonctionnalisation covalente. Le contrôle de la chimie au niveau de la surface des nanotubes est toujours une étape difficile et pourtant cruciale pour bon nombre d'applications, notamment l'incorporation dans des matrices polymères. Le but de cette thèse est de mettre au point et d'optimiser le greffage de molécules dont le groupement ancreur contient au moins une liaison Si–H à la surface de nanotubes de carbone oxydés en vue d'obtenir une liaison Si–O–CNT.

L'utilisation de deux catalyseurs différents (chlorure de zinc et catalyseur de Karstedt) a permis de montrer une différence dans la modification par les hydrosilanes des groupements oxygénés (alcools et/ou acides carboxyliques) et ouvre donc la possibilité de modifier sélectivement ou non certaines fonctions.

En parallèle de la fonctionnalisation des nanotubes, l'emploi d'un modèle, certes très simplifié et encore imparfait, consistant en des monocouches d'acides phosphoniques terminées par une fonction alcool ou acide carboxylique et greffées sur un substrat d'acier inoxydable 316L a permis d'étudier séparément la réactivité des alcools et des acides carboxyliques vis-à-vis des hydrosilanes.

Enfin, l'étude de la solubilité des nanotubes ainsi que l'interprétation des résultats par la théorie des paramètres de Hansen s'est montré un complément intéressant aux techniques de caractérisation habituelles.
la date de réponse17 déc. 2015
langue originaleFrançais
L'institution diplômante
  • Universite de Namur
SuperviseurZineb MEKHALIF (Promoteur), Joseph DELHALLE (Président), Eric Perpete (Jury), Mohamed Mehdi Chehimi (Jury) & François DE BUYL (Jury)

mots-clés

  • nanotubes de carbone
  • Hydrosilanisation
  • Surface

Contient cette citation

'