Effet de l'alimentation à base d'Azolla sur la production du tilapia du Nil en zones humides au Bénin

  • Youssouf Abou

Thèse de l'étudiant: Doc typesDocteur en Sciences

Résumé

Une meilleure intégration de la fougère aquatique Azolla dans les aliments de O. niloticus en vue de sa production en milieu rural a été recherchée en bassins et en étangs. Six aliments (29,2 % PB; 16,9 kJ g-1 EB, chacun) : A0, A10, A20, A30, A40 et A50 contenant respectivement 0, 10, 20, 30, 40 et 50 % de farine d'Azolla (FA) en remplacement partiel de la farine de poisson ont été testés. En bassins comme en étangs, une réduction de la croissance a été enregistrée lorsque la teneur en FA a dépassé 10 et 20 % respectivement. En étangs, les valeurs de production piscicoles (8220-5120 kg ha-1 an-1) et d'indice de profitabilité (0,42-0,89) sont similaires jusqu'à 20 % et 30 % de FA dans les aliments. L'élevage en étangs pourrait être plus avantageux en nourrissant les poissons avec A20 en étangs dont la surface est couverte à 45 % par un tapis d'Azolla. Dans les deux systèmes d'élevage, la composition des carcasses ne semble pas être affectée, excepté une réduction de la teneur en lipides totaux dans les poissons nourris avec A30, A40 et A50 en bassins et ceux nourris avec A50 en étangs. D'un point de vue environnemental, malgré que la teneur en phosphore des aliments soit passée de 1,13 % à 0,76 % en faisant varier leur teneur en Azolla de 0 % à 50 %, les compositions en phosphore (P) et azote (N) des poissons sont similaires, en bassins comme en étangs. En bassins, les quantités de P et de N rejetées par les poissons ont diminué avec l'augmentation de FA dans les aliments. De même, la quantité de P rejetée en étangs décroît, tandis que celle de l'azote est identique dans tous les traitements. La composition en acides gras des poissons élevés en bassins ressemble à celle des aliments, excepté une augmentation de la teneur en acide arachidonique (ARA) chez les poissons nourris à fort taux d'Azolla. Ceci pourrait être le fait d'une élongation et désaturation de l'acide linoléique. Les valeurs du ratio n-3/n-6 (0,08-0,17) qui en résultent sont faibles chez les poissons nourris avec A40 et A50. Le profil en acides gras des poissons d'étangs est par contre différent de celui des poissons de bassins et de la composition des aliments. Cette dissemblance est particulièrement prononcée chez les poissons nourris avec A30, A40 et A50 qui sont riches en acide éicosapentaénoique (EPA) et acide docosahexaénoique (DHA), principaux acides gras dans le plancton. Cette "signature" du plancton pourrait être due à une consommation supplémentaire de ces nourritures naturelles par ces poissons et expliquerait les valeurs élevées du ratio n-3/n-6 (0,35-0,53) dans les poissons nourris avec les aliments contenant 20 à 50 % de FA. Les paramètres de croissance et le profil en acides gras sont meilleurs en étangs qu'en bassins, et les nutriments rejétés en étangs sont relativement faibles, probablement à cause de la contribution de la nourriture naturelle. En conclusion, Azolla pourrait permettre de réduire le coût des aliments et le coût total de production des poissons, tout en garantissant un bon niveau trophique des étangs et une bonne qualité nutritionnelle des poissons produits. L'étude suggère d'utiliser la fougère jusqu'à 10 % dans les aliments en bassins et 20 à 30 % en étangs. Dans ce dernier système, une couverture des étangs de maximum 45 % de leur surface pourrait permettre de produire des poissons, en même temps qu'elle fournirait de l'Azolla à incorporer dans les aliments ou pour d'autres utilisations bénéfiques.
la date de réponse19 déc. 2007
langue originaleFrançais
L'institution diplômante
  • Universite de Namur
SuperviseurJean-Claude MICHA (Promoteur), Patrick KESTEMONT (Jury), François Darchambeau (Jury), Emile D. Fiogbé (Jury) & André Buldgen (Jury)

mots-clés

  • étang
  • Bassin
  • Aquaculture
  • Couverture d'Azolla

Contient cette citation

'