Creation of a recombinant virus of Marek Disease Virus restoring the expression of the cellular micro-RNA gga-miR-126 in a model of viral induced tumorigenesis

Student thesis: Master typesMaster en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire

Résumé

La maladie de Marek est une maladie lymphoproliférative du poulet dont l'agent causal est l'aherpesvirus Gallid herpesvirus 2 (GaHV-2). Depuis quelques années, GaHV-2 est reconnu comme possédant un fort potentiel oncogénique. En effet, suite à sa phase latente au sein des lymphocytes T CD4, ces mêmes cellules subissent un processus de transformation tumorale. Cette lymphomagenèse induite par le GaHV-2 constitue un bon modèle animal pour l'étude de la tumorigenèse vira-induite. Des études préliminaires ont montré qu'au sein de lymphomes induits par GaHV-2, une dérégulation de certains micro-ARNs prenait place. Cette interférence avec l'expression normale des micro-ARNs cellulaires est une partie du mécanisme de le tumorigenèse. Une sous-expression du miR-126 cellulaire induite par l'infection de GaHV-2 a été démontrée au cours de précédentes études in vitro et in vivo réalisées par le laboratoire d'accueil. De plus, le miR-126 est suspecté de posséder un potentiel de suppresseur de tumeurs. Dans le but d'étudier la relation entre la répression du miR-126 (brin 3p) et le développement de tumeurs au sein de l'hôte infecté, un virus recombinant portant un système d'expression du miR-126 a été développé au cours de ce mémoire. La première partie du projet a permis de créer deux virus recombinants à partir d'une souche très virulente (RB 1B) : l'un portant la séquence du miR-126 (RBIB+ 126wt), l'autre portant une version mutée de celui-ci (RB1B+l 26mut). La création de ces virus recombinants a été réalisée grâce à la technique de mutagenèse « en passant ». Au cours de la seconde partie de ce mémoire, ces génomes recombinants ont été transfectés au sein de fibroblastes d'embryon de poulets afin de les amplifier. Ces virus ont été stockés et titrés par immunofluorescence en prévision d'une éventuelle expérience in vivo afin d'étudier l'effet d'une surexpression du miR-126 au cours de l'infection par GaHV-2. Pour conclure, les premières analyses de quantification de la surexpression des miR-126 (wt et mut) montrent une importante surexpression. Afin de confirmer cette surexpression, une analyse plus poussée est en ce moment en cours de progression
la date de réponse2018
langue originaleAnglais
L'institution diplômante
  • Universite de Namur
SuperviseurBenoit Muylkens (Promoteur)

Contient cette citation

'