Cent ans de déclin des bourdons en Belgique
: influence du climat et de l’occupation du sol

  • Sarah Vray

Thèse de l'étudiant: Doc typesDocteur en Sciences

Résumé

Les bourdons (genre Bombus), dont le rôle primordial pour le service écosystémique de pollinisation est largement démontré, voient leurs populations drastiquement régresser depuis des décennies à travers le monde. Les causes avancées impliquent notamment la diminution des ressources florales, les changements d’occupation du sol et les changements climatiques. Afin de pouvoir prédire et mitiger les conséquences de ces changements environnementaux sur les assemblages de bourdons dans le futur, il est important de comprendre comment ces changements ont influencé leurs assemblages dans le passé. Le présent travail vise à déterminer quelles ont été les modifications dans les assemblages de bourdons depuis cent ans en Belgique et à évaluer l’impact qu’ont pu avoir les changements environnementaux sur ces modifications.
Les résultats montrent une régression globale de la majorité des espèces de bourdons depuis cent ans. Sur les vingt-huit espèces de bourdons qui vivaient en Belgique au début du vingtième siècle, plus de la moitié sont en déclin et devenues rares à l’échelle du pays et quatre ont même totalement disparu. Seules quelques espèces tendent à croître et dominer les autres, entrainant une perte de diversité et une homogénéisation de la faune belge de bourdons. Ces différences de tendances de populations sont corrélées aux caractéristiques écologiques des espèces : celles qui déclinent le plus sont les plus spécialisées dans leur diète et dans leurs préférences d’habitat. Au niveau des ressources florales, nous soulignons le rôle primordial des chardons dans la diète des mâles de bourdons et mettons en garde contre la menace des lois d’échardonnage en vigueur pour la conservation des bourdons. Au niveau de l’occupation du sol, les localités et régions de Belgique où les zones urbaines ont le plus augmenté et où les cultures ont le moins régressé sont celles qui ont perdu le plus d’espèces de bourdons en cent ans. Les cultures qui semblaient jadis favorables aux bourdons leur sont devenues largement défavorables aujourd’hui, très probablement à cause de l’intensification des pratiques agricoles. Au niveau du climat, les résultats montrent que les précipitations peuvent particulièrement influencer la distribution géographique des bourdons et suggèrent un impact probable des sécheresses sur leurs populations.
Ce travail a permis d’établir l’état de conservation de chaque espèce de bourdon en Belgique et fournit une base de réflexion pour la prévision des changements à venir ainsi que pour le développement de stratégies de conservation en faveur de ces pollinisateurs indispensables pour leurs services rendus à la production agricole et pour les écosystèmes naturels.
la date de réponse29 mars 2018
langue originaleFrançais
L'institution diplômante
  • Universite de Namur
  • Université de Mons (UMons)
SuperviseurNicolas DENDONCKER (Promoteur), Pierre Rasmont (Promoteur), Igor Eeckhaut (Président), Denis Michez (Jury), Guy Smagghe (Jury) & Nicolas Titeux (Jury)

mots-clés

  • Bourdon
  • Bombus
  • Occupation du sol
  • Climat
  • Chardon
  • Belgique
  • Cardueae

Contient cette citation

'