Caractérisation de la cicatrice gliale dans un modèle de compression médullaire : focus sur l'acide hyaluronique

  • Nicolas Halloin

    Thèse de l'étudiant: Master typesMaster en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire

    Résumé

    Environ 2,5 millions de personnes souffrent d’une lésion de la moelle épinière à travers le monde. Malheureusement, ces patients ne peuvent espérer qu’une amélioration minime des pertes fonctionnelles liées aux destructions tissulaires nerveuses irréversibles. Les recherches entreprises dans ce domaine de l’évolution de la lésion médullaire visent à mieux comprendre les processus de cicatrisation de ce tissu qui mettent à mal la repousse axonale, et tentent d’identifier de nouvelles voies de traitements. Notre travail s’inscrit dans ce domaine de recherche en étudiant l’évolution de la matrice extracellulaire nerveuse après une compression médullaire en se focalisant sur l’un de ses composés : l’acide hyaluronique (HA). Nous avons donc entrepris d’étudier sa localisation, de mesurer sa concentration et d’étudier le profil d’expression génique des enzymes intervenant dans son métabolisme dans un contexte normal et lésionnel. Plusieurs études des performances physiques des souris traumatisées ont tout d’abord démontré l’étonnante capacité de récupération de ces animaux, ce qui montre l’intérêt d’investiguer leur cicatrisation médullaire favorable au retour des capacités motrices après paralysie. Après l’analyse de nos résultats, une dégradation de l’HA dans l’épicentre de la lésion médullaire était constatée ainsi qu’une redistribution de la molécule au sein de la moelle épinière lésée. L’HA disparaissait des centres de lésion et semblait s’accumuler autour de ces derniers, participant probablement à la formation de la cicatrice gliale. Cette redistribution d’HA s’accompagnait d’une forte augmentation du nombre de cellules gliales mais également d’une modification du profil d’expression génique de la hyaluronidase 1 à 2 semaines et de l’HA synthase 1 à 2 et 6 semaines post-traumatisme. L’ensemble des résultats montre donc une perturbation de la répartition de l’HA au sein de la moelle épinière après trauma, une modification de l’expression de ses enzymes ainsi que sa participation potentielle à la cicatrice gliale. Ces informations nous poussent à d’avantage investiguer ce domaine qui pourrait améliorer nos connaissances sur cette cicatrisation médullaire
    la date de réponse2016
    langue originaleFrançais
    L'institution diplômante
    • Universite de Namur
    SuperviseurCharles Nicaise (Promoteur)

    Contient cette citation

    '