Capacités osmorégulatrices du poisson-chat vietnamien (Pangasianodon hypophthalmus, Sauvage) face à un stress hyperosmotique et études préliminaires de l’implication de Heat Shock Proteins

  • Sébastien Baekelandt

    Thèse de l'étudiant: Master typesMaster en sciences biologiques des organismes et écologie

    Résumé

    La production du poisson-chat vietnamien (Pangasianodon hypophthalmus) est une des activités majeures du delta du Mékong au Vietnam et il est prédit que celle-ci soit impactée par le changement climatique et par le développement du bassin du Mékong. Exploité spécifiquement pour sa croissance rapide, son régime alimentaire omnivore et sa haute tolérance à des conditions hypoxiques, P. hypophthalmus est exposé à des concentrations croissantes en salinité dans la partie inférieure du delta du Mékong. Basé sur des études récentes, ce poisson-chat apparaît être tolérant à des salinités de plus de 15 ppt sans compromettre sa survie alors que sa croissance est déjà impactée à 10 ppt. Pour mieux comprendre les effets d’une augmentation de la salinité sur sa physiologie, certaines variables liées à l’osmorégulation (osmolarité plasmatique et activité Na+-K+ ATPase), au stress (indice spléno-somatique et abondance érythrocytaire) et à la croissance (indice de condition de Fulton (K)) ont été étudiées. L’implication des Heat Shock Proteins - un large groupe de protéines induites par divers stress et impliquées dans une multitude de fonctions essentielles pour la survie cellulaire - est également discutée.
    Deux méthodes de travail ont été envisagées. D’une part, des poissons ont été collectés durant la saison sèche (de mars à mai 2013) et la saison humide (de juillet à septembre 2014) dans des étangs d’élevage dans le haut-Mékong, en amont des eaux saumâtres, et dans le bas- Mékong, dans une zone connaissant des variations de salinité. D’autre part, des poissons ont été exposés, en conditions contrôlées, à deux profils de salinité croissante (jusque 10 et 20 ppt) pendant 20 jours et les prélèvements ont été effectués aux jours 0, 10 et 20.
    Les résultats indiquent que P. hypophthalmus n’est capable d’osmoréguler que dans des conditions de fortes salinités (20 ppt). A 10 ppt et en deçà, l’activité Na+-K+ ATPase est constante malgré l’augmentation de son osmolarité plasmatique. La stratégie de ce poisson serait située entre l’osmoconformité et l’osmorégulation. Il tolèrerait ainsi, dans une certaine limite, une augmentation de son osmolarité, ce qui lui permettrait d’éviter les dépenses énergétiques liées à l’osmorégulation. L’expression du gène HSP70 n’est pas modifiée au niveau rénal suite à un stress salin, mais l’étude de l’implication de gènes de tolérance à la salinité chez cette espèce doit être poursuivie.
    la date de réponsejanv. 2015
    langue originaleFrançais
    L'institution diplômante
    • Universite de Namur
    SuperviseurPatrick KESTEMONT (Jury)

    Contient cette citation

    '