Étude des effets de radiations par rayons X ou par particules alpha sur les interactions entre cellules tumorales et cellules endothéliales

  • Hélène Riquier

Thèse de l'étudiant: Doc typesDocteur en Sciences

Résumé

La radiothérapie occupe une place importante dans le traitement contre le cancer. Un grand nombre de patients pourrait donc profiter de l’amélioration des traitements radiothérapeutiques. L’hadronthérapie possède l’avantage de mieux épargner les tissus sains environnants par rapport à la radiothérapie conventionnelle qui utilise des rayons X, grâce à la balistique particulière des particules chargées. Ainsi, l’essentiel de l’énergie de la particule est déposé à la fin du parcours de celle-ci contrairement aux photons (rayons X) qui perdent leur énergie tout au long de leur trajet. Une autre piste pour améliorer la radiothérapie serait de limiter la résistance des tumeurs aux radiations ionisantes en étudiant plus avant les mécanismes responsables de cette radiorésistance. En effet, un dialogue réciproque entre cellules tumorales et cellules endothéliales, via la sécrétion de facteurs de croissance et de cytokines, peut limiter les effets thérapeutiques des radiations ionisantes. Le premier objectif de cette thèse était donc de comparer les effets des rayons X et des particules alpha sur des cellules tumorales et des cellules endothéliales. Nous avons montré que les particules alpha sont plus efficaces que les rayons X et que la mitose catastrophique est le principal type de mort induit par ces deux types de radiation. Nous avons également montré que les irradiations par particules alpha et par rayons X induisent la surexpression de gènes impliqués dans la mort cellulaire, l’angiogenèse et l’inflammation. La seconde partie de ce travail consistait à mettre au point un système de co-culture permettant d’étudier le dialogue entre les cellules tumorales et les cellules endothéliales après irradiation au moyen de particules alpha. Nous avons à nouveau mis en évidence des changements d’expression de gènes codant pour des protéines pouvant être impliquées dans un dialogue entre les deux types cellulaires et pouvant conduire à des phénomènes de radiorésistance ou inversement de radio-sensibilisation.
la date de réponse28 janv. 2012
langue originaleFrançais
L'institution diplômante
  • Universite de Namur
SuperviseurCarine MICHIELS (Promoteur), Stephane Lucas (Jury), Jean-Michel DOGNE (Jury), Patricia Renard (Président), Olivier Féron (Jury) & François Paris (Jury)

mots-clés

  • Particules alpha
  • Hadronthérapie
  • Co-culture
  • Etude d’expression de gènes
  • Radioresistance
  • Fraction de survie

Contient cette citation

'