Violence politique, traumatisme et (re)création des métiers cliniques: Pour une clinique de la responsabilité sociale à partir des traumatismes psychosociaux.

Jean-Luc Brackelaire, Marcela Cornejo, Darius Gishoma

Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticle

32 Téléchargements (Pure)

Résumé

Les situations de violence politique provoquent des traumatismes psychiques et sociaux d’immense ampleur et sur le long terme. Ces traumatismes psychosociaux mettent à mal les métiers qui prennent en charge les souffrances psychiques et sociales d’autrui. Ils obligent à la (re)mobilisation voire à la (re)création de ces métiers cliniques. Les auteurs illustrent et développent ces propos en s’appuyant sur deux recherches cliniques menées respectivement au Chili et au Rwanda dans les suites de la dictature (1973-1990) et du génocide (1994). De telles recherches contribuent à l’élaboration d’une clinique de la responsabilité sociale qui s’attache à restaurer les possibilités sociales et psychiques de répondre d’Autrui après qu’on ait tenté, d’une manière ou d’une autre, de le réduire à néant. L’article analyse et articule les processus d’emprise et d’expropriation à l’œuvre entre soi et autrui dans les phénomènes de violence politique étudiés. Il invite à leur mise en dialogue avec les formes diverses et multiples d’atteintes à la responsabilité sociale qui appellent ensemble à leur reconnaissance et leur prise en charge clinique, politique et épistémologique.
langue originaleFrançais
Pages (de - à)357-381
Nombre de pages25
journalTétralogiques
Numéro de publication22
étatPublié - 2017

Contient cette citation