Poésie, oralité et oralisation: Un modèle didactique pour le troisième degré de l'enseignement du français en FWB

Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticle

Résumé

Dans le référentiel de l’enseignement secondaire supérieur belge francophone (Compétences terminales et savoirs requis en français), la poésie occupe deux places principales. Elle est, d’une part, l’un des objets à produire (avec le texte informatif, narratif ou encore argumentatif) dans le cadre d’un projet d’apprentissage visant le développement d’une écriture personnelle, fondée pour partie sur l’imaginaire. Elle est, d’autre part, un objet de lecture, dans le cadre d’une transmission patrimoniale des grandes œuvres de la poésie française depuis la Renaissance. Dans les deux cas, il s’agit essentiellement de poésie écrite. Ni l’acte d’écouter le poème ni celui de le réciter ne sont pris en compte dans ces instructions officielles. Pourtant, ils se révèlent souvent essentiels à la découverte, la compréhension, l’interprétation et l’appropriation d’une œuvre littéraire.
Afin de répondre à cette absence, nous souhaitons proposer, dans une perspective d’ingénierie didactique, un modèle didactique d’enseignement-apprentissage de la poésie patrimoniale intégrant la question de l’oralité. Ce modèle didactique convoquera en priorité, parmi la littérature sur le genre, les travaux qui ont mis l’accent sur la dimension orale de la poésie ; il intégrera également, comme pratiques sociales de référence, puis comme objet d’enseignement, les nombreuses récitations, mises en chanson et réécritures des poésies patrimoniales.
langueFrançais
Pages69-86
Nombre de pages18
journalEnjeux
Numéro91
étatPublié - 2017

Citer ceci

@article{55562e13e6f9449185241f0f21000dab,
title = "Po{\'e}sie, oralit{\'e} et oralisation: Un mod{\`e}le didactique pour le troisi{\`e}me degr{\'e} de l'enseignement du fran{\cc}ais en FWB",
abstract = "Dans le r{\'e}f{\'e}rentiel de l’enseignement secondaire sup{\'e}rieur belge francophone (Comp{\'e}tences terminales et savoirs requis en fran{\cc}ais), la po{\'e}sie occupe deux places principales. Elle est, d’une part, l’un des objets {\`a} produire (avec le texte informatif, narratif ou encore argumentatif) dans le cadre d’un projet d’apprentissage visant le d{\'e}veloppement d’une {\'e}criture personnelle, fond{\'e}e pour partie sur l’imaginaire. Elle est, d’autre part, un objet de lecture, dans le cadre d’une transmission patrimoniale des grandes œuvres de la po{\'e}sie fran{\cc}aise depuis la Renaissance. Dans les deux cas, il s’agit essentiellement de po{\'e}sie {\'e}crite. Ni l’acte d’{\'e}couter le po{\`e}me ni celui de le r{\'e}citer ne sont pris en compte dans ces instructions officielles. Pourtant, ils se r{\'e}v{\`e}lent souvent essentiels {\`a} la d{\'e}couverte, la compr{\'e}hension, l’interpr{\'e}tation et l’appropriation d’une œuvre litt{\'e}raire.Afin de r{\'e}pondre {\`a} cette absence, nous souhaitons proposer, dans une perspective d’ing{\'e}nierie didactique, un mod{\`e}le didactique d’enseignement-apprentissage de la po{\'e}sie patrimoniale int{\'e}grant la question de l’oralit{\'e}. Ce mod{\`e}le didactique convoquera en priorit{\'e}, parmi la litt{\'e}rature sur le genre, les travaux qui ont mis l’accent sur la dimension orale de la po{\'e}sie ; il int{\'e}grera {\'e}galement, comme pratiques sociales de r{\'e}f{\'e}rence, puis comme objet d’enseignement, les nombreuses r{\'e}citations, mises en chanson et r{\'e}{\'e}critures des po{\'e}sies patrimoniales.",
author = "David Vrydaghs and Nathalie Gillain",
year = "2017",
language = "Fran{\cc}ais",
pages = "69--86",
journal = "Enjeux",
issn = "0771-6532",
number = "91",

}

Poésie, oralité et oralisation : Un modèle didactique pour le troisième degré de l'enseignement du français en FWB. / Vrydaghs, David; Gillain, Nathalie.

Dans: Enjeux, Numéro 91, 2017, p. 69-86.

Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticle

TY - JOUR

T1 - Poésie, oralité et oralisation

T2 - Enjeux

AU - Vrydaghs, David

AU - Gillain, Nathalie

PY - 2017

Y1 - 2017

N2 - Dans le référentiel de l’enseignement secondaire supérieur belge francophone (Compétences terminales et savoirs requis en français), la poésie occupe deux places principales. Elle est, d’une part, l’un des objets à produire (avec le texte informatif, narratif ou encore argumentatif) dans le cadre d’un projet d’apprentissage visant le développement d’une écriture personnelle, fondée pour partie sur l’imaginaire. Elle est, d’autre part, un objet de lecture, dans le cadre d’une transmission patrimoniale des grandes œuvres de la poésie française depuis la Renaissance. Dans les deux cas, il s’agit essentiellement de poésie écrite. Ni l’acte d’écouter le poème ni celui de le réciter ne sont pris en compte dans ces instructions officielles. Pourtant, ils se révèlent souvent essentiels à la découverte, la compréhension, l’interprétation et l’appropriation d’une œuvre littéraire.Afin de répondre à cette absence, nous souhaitons proposer, dans une perspective d’ingénierie didactique, un modèle didactique d’enseignement-apprentissage de la poésie patrimoniale intégrant la question de l’oralité. Ce modèle didactique convoquera en priorité, parmi la littérature sur le genre, les travaux qui ont mis l’accent sur la dimension orale de la poésie ; il intégrera également, comme pratiques sociales de référence, puis comme objet d’enseignement, les nombreuses récitations, mises en chanson et réécritures des poésies patrimoniales.

AB - Dans le référentiel de l’enseignement secondaire supérieur belge francophone (Compétences terminales et savoirs requis en français), la poésie occupe deux places principales. Elle est, d’une part, l’un des objets à produire (avec le texte informatif, narratif ou encore argumentatif) dans le cadre d’un projet d’apprentissage visant le développement d’une écriture personnelle, fondée pour partie sur l’imaginaire. Elle est, d’autre part, un objet de lecture, dans le cadre d’une transmission patrimoniale des grandes œuvres de la poésie française depuis la Renaissance. Dans les deux cas, il s’agit essentiellement de poésie écrite. Ni l’acte d’écouter le poème ni celui de le réciter ne sont pris en compte dans ces instructions officielles. Pourtant, ils se révèlent souvent essentiels à la découverte, la compréhension, l’interprétation et l’appropriation d’une œuvre littéraire.Afin de répondre à cette absence, nous souhaitons proposer, dans une perspective d’ingénierie didactique, un modèle didactique d’enseignement-apprentissage de la poésie patrimoniale intégrant la question de l’oralité. Ce modèle didactique convoquera en priorité, parmi la littérature sur le genre, les travaux qui ont mis l’accent sur la dimension orale de la poésie ; il intégrera également, comme pratiques sociales de référence, puis comme objet d’enseignement, les nombreuses récitations, mises en chanson et réécritures des poésies patrimoniales.

M3 - Article

SP - 69

EP - 86

JO - Enjeux

JF - Enjeux

SN - 0771-6532

IS - 91

ER -