Nouvelles perspectives sur le titre d’imperator et l’appellatio imperatoria sous la République

Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticleRevue par des pairs

Résumé

Il est généralement admis que le titre d’'imperator' sous la République, bien que communément employé par les auteurs dans le sens de « chef d’armée », n’aurait désigné, dans son acception technique, que le général « appelé » 'imperator' à la suite d’une victoire. Cet article tente de saisir l’évolution historique qui mena à cette situation paradoxale effectivement attestée durant les dernières décennies de l’époque républicaine. Nous mettons à l’épreuve l’hypothèse d’une polysémie du 'nomen imperatoris' dans les documents officiels républicains : tout (pro)magistrat détenteur de l’imperium pouvait légalement se désigner comme 'imperator', et la présence du titre dans les inscriptions ou les monnaies ne doit pas être interprétée a priori comme faisant référence à une 'appellatio imperatoria'. Celle-ci pourrait avoir fait son apparition dans le contexte idéologique particulier de la guerre sociale et des conflits civils des années 80 av. J.-C. Elle ne devint en tout cas fréquente qu’à partir des années 60, et constituait alors une étape liminaire dans la série des honneurs octroyés aux généraux vainqueurs.
langue originaleFrançais
Pages (de - à)111-142
journalRevue belge de philologie et d'histoire
Volume90
Numéro de publication1
Etat de la publicationPublié - 2012

mots-clés

  • histoire romaine
  • institutions républicaines

Contient cette citation