L’optimisation des procédés de façonnage et de mise en œuvre du calcaire de Meuse aux XVe et XVIe siècles

Aline Wilmet, Antoine Baudry

Résultats de recherche: Contribution dans un livre/un catalogue/un rapport/dans les actes d'une conférenceArticle dans les actes d'une conférence/un colloque

Résumé

En vallée mosane, dans la région comprise entre Dinant et Maastricht, les XVe et XVIe siècles sont marqués par une intense activité constructive, touchant aussi bien la poursuite de grands chantiers que la reconstruction d’édifices plus modestes, en particulier en milieu rural. Les recherches menées sur les marques lapidaires et celles poursuivies sur le décor sculpté des sites mosans mettent en évidence plusieurs modifications dans les méthodes de façonnage et de mise en œuvre des calcaires de Meuse à cette époque. En effet, les trous de pince, absents jusqu’alors du paysage régional, apparaissent et se généralisent sur les maçonneries ainsi que sur l’ornement. Les signes identitaires et utilitaires, employés avec parcimonie aux siècles précédents, prennent leur essor sur des édifices situés aussi bien à proximité des carrières qu’au sein d’aires géographiques plus éloignées. Ces phénomènes, qui soulèvent des questionnements liés à l’organisation et à l’approvisionnement des chantiers, côtoient d’autres mutations importantes. D’une part, la systématisation du ciseau et de la pointe utilisée en taille brochée oblique suppléent à la taille pointée employée depuis le XIIIe siècle. D’autre part, les modèles ornementaux, principalement constitués de feuillages, tendent à se simplifier, parfois jusqu’à l’abstraction. Ces bouleversements peuvent être interprétés comme une volonté d’optimiser les techniques et les savoir-faire, dans une perspective d’économie de temps et de moyens visant à satisfaire la demande croissante des chantiers en matériaux de construction. Ce regard croisé offre un nouvel éclairage sur l’art de bâtir en vallée mosane à la charnière des époques médiévale et moderne.
langue originaleFrançais
titreActes du IIIe Congrès francophone d’Histoire de la construction de Nantes
rédacteurs en chefRobert Carvais
Lieu de publicationParis
Pages?-?
Nombre de pages9
étatSoumis - 2018

Citer ceci

Wilmet, A., & Baudry, A. (2018). L’optimisation des procédés de façonnage et de mise en œuvre du calcaire de Meuse aux XVe et XVIe siècles. Manuscrit envoyé pour publication. Dans R. Carvais (Ed.), Actes du IIIe Congrès francophone d’Histoire de la construction de Nantes (p. ?-?). Paris.
Wilmet, Aline ; Baudry, Antoine. / L’optimisation des procédés de façonnage et de mise en œuvre du calcaire de Meuse aux XVe et XVIe siècles. Actes du IIIe Congrès francophone d’Histoire de la construction de Nantes. Editeur / Robert Carvais. Paris, 2018. p. ?-?
@inproceedings{e5f41fc3a3414b2499ad37c81ea463f0,
title = "L’optimisation des proc{\'e}d{\'e}s de fa{\cc}onnage et de mise en œuvre du calcaire de Meuse aux XVe et XVIe si{\`e}cles",
abstract = "En vall{\'e}e mosane, dans la r{\'e}gion comprise entre Dinant et Maastricht, les XVe et XVIe si{\`e}cles sont marqu{\'e}s par une intense activit{\'e} constructive, touchant aussi bien la poursuite de grands chantiers que la reconstruction d’{\'e}difices plus modestes, en particulier en milieu rural. Les recherches men{\'e}es sur les marques lapidaires et celles poursuivies sur le d{\'e}cor sculpt{\'e} des sites mosans mettent en {\'e}vidence plusieurs modifications dans les m{\'e}thodes de fa{\cc}onnage et de mise en œuvre des calcaires de Meuse {\`a} cette {\'e}poque. En effet, les trous de pince, absents jusqu’alors du paysage r{\'e}gional, apparaissent et se g{\'e}n{\'e}ralisent sur les ma{\cc}onneries ainsi que sur l’ornement. Les signes identitaires et utilitaires, employ{\'e}s avec parcimonie aux si{\`e}cles pr{\'e}c{\'e}dents, prennent leur essor sur des {\'e}difices situ{\'e}s aussi bien {\`a} proximit{\'e} des carri{\`e}res qu’au sein d’aires g{\'e}ographiques plus {\'e}loign{\'e}es. Ces ph{\'e}nom{\`e}nes, qui soul{\`e}vent des questionnements li{\'e}s {\`a} l’organisation et {\`a} l’approvisionnement des chantiers, c{\^o}toient d’autres mutations importantes. D’une part, la syst{\'e}matisation du ciseau et de la pointe utilis{\'e}e en taille broch{\'e}e oblique suppl{\'e}ent {\`a} la taille point{\'e}e employ{\'e}e depuis le XIIIe si{\`e}cle. D’autre part, les mod{\`e}les ornementaux, principalement constitu{\'e}s de feuillages, tendent {\`a} se simplifier, parfois jusqu’{\`a} l’abstraction. Ces bouleversements peuvent {\^e}tre interpr{\'e}t{\'e}s comme une volont{\'e} d’optimiser les techniques et les savoir-faire, dans une perspective d’{\'e}conomie de temps et de moyens visant {\`a} satisfaire la demande croissante des chantiers en mat{\'e}riaux de construction. Ce regard crois{\'e} offre un nouvel {\'e}clairage sur l’art de b{\^a}tir en vall{\'e}e mosane {\`a} la charni{\`e}re des {\'e}poques m{\'e}di{\'e}vale et moderne.",
author = "Aline Wilmet and Antoine Baudry",
year = "2018",
language = "Fran{\cc}ais",
pages = "?--?",
editor = "Robert Carvais",
booktitle = "Actes du IIIe Congr{\`e}s francophone d’Histoire de la construction de Nantes",

}

Wilmet, A & Baudry, A 2018, L’optimisation des procédés de façonnage et de mise en œuvre du calcaire de Meuse aux XVe et XVIe siècles. Dans R Carvais (Ed.), Actes du IIIe Congrès francophone d’Histoire de la construction de Nantes. Paris, p. ?-?.

L’optimisation des procédés de façonnage et de mise en œuvre du calcaire de Meuse aux XVe et XVIe siècles. / Wilmet, Aline; Baudry, Antoine.

Actes du IIIe Congrès francophone d’Histoire de la construction de Nantes. Ed. / Robert Carvais. Paris, 2018. p. ?-?.

Résultats de recherche: Contribution dans un livre/un catalogue/un rapport/dans les actes d'une conférenceArticle dans les actes d'une conférence/un colloque

TY - GEN

T1 - L’optimisation des procédés de façonnage et de mise en œuvre du calcaire de Meuse aux XVe et XVIe siècles

AU - Wilmet, Aline

AU - Baudry, Antoine

PY - 2018

Y1 - 2018

N2 - En vallée mosane, dans la région comprise entre Dinant et Maastricht, les XVe et XVIe siècles sont marqués par une intense activité constructive, touchant aussi bien la poursuite de grands chantiers que la reconstruction d’édifices plus modestes, en particulier en milieu rural. Les recherches menées sur les marques lapidaires et celles poursuivies sur le décor sculpté des sites mosans mettent en évidence plusieurs modifications dans les méthodes de façonnage et de mise en œuvre des calcaires de Meuse à cette époque. En effet, les trous de pince, absents jusqu’alors du paysage régional, apparaissent et se généralisent sur les maçonneries ainsi que sur l’ornement. Les signes identitaires et utilitaires, employés avec parcimonie aux siècles précédents, prennent leur essor sur des édifices situés aussi bien à proximité des carrières qu’au sein d’aires géographiques plus éloignées. Ces phénomènes, qui soulèvent des questionnements liés à l’organisation et à l’approvisionnement des chantiers, côtoient d’autres mutations importantes. D’une part, la systématisation du ciseau et de la pointe utilisée en taille brochée oblique suppléent à la taille pointée employée depuis le XIIIe siècle. D’autre part, les modèles ornementaux, principalement constitués de feuillages, tendent à se simplifier, parfois jusqu’à l’abstraction. Ces bouleversements peuvent être interprétés comme une volonté d’optimiser les techniques et les savoir-faire, dans une perspective d’économie de temps et de moyens visant à satisfaire la demande croissante des chantiers en matériaux de construction. Ce regard croisé offre un nouvel éclairage sur l’art de bâtir en vallée mosane à la charnière des époques médiévale et moderne.

AB - En vallée mosane, dans la région comprise entre Dinant et Maastricht, les XVe et XVIe siècles sont marqués par une intense activité constructive, touchant aussi bien la poursuite de grands chantiers que la reconstruction d’édifices plus modestes, en particulier en milieu rural. Les recherches menées sur les marques lapidaires et celles poursuivies sur le décor sculpté des sites mosans mettent en évidence plusieurs modifications dans les méthodes de façonnage et de mise en œuvre des calcaires de Meuse à cette époque. En effet, les trous de pince, absents jusqu’alors du paysage régional, apparaissent et se généralisent sur les maçonneries ainsi que sur l’ornement. Les signes identitaires et utilitaires, employés avec parcimonie aux siècles précédents, prennent leur essor sur des édifices situés aussi bien à proximité des carrières qu’au sein d’aires géographiques plus éloignées. Ces phénomènes, qui soulèvent des questionnements liés à l’organisation et à l’approvisionnement des chantiers, côtoient d’autres mutations importantes. D’une part, la systématisation du ciseau et de la pointe utilisée en taille brochée oblique suppléent à la taille pointée employée depuis le XIIIe siècle. D’autre part, les modèles ornementaux, principalement constitués de feuillages, tendent à se simplifier, parfois jusqu’à l’abstraction. Ces bouleversements peuvent être interprétés comme une volonté d’optimiser les techniques et les savoir-faire, dans une perspective d’économie de temps et de moyens visant à satisfaire la demande croissante des chantiers en matériaux de construction. Ce regard croisé offre un nouvel éclairage sur l’art de bâtir en vallée mosane à la charnière des époques médiévale et moderne.

M3 - Article dans les actes d'une conférence/un colloque

SP - ?-?

BT - Actes du IIIe Congrès francophone d’Histoire de la construction de Nantes

A2 - Carvais, Robert

CY - Paris

ER -

Wilmet A, Baudry A. L’optimisation des procédés de façonnage et de mise en œuvre du calcaire de Meuse aux XVe et XVIe siècles. Dans Carvais R, Editeur, Actes du IIIe Congrès francophone d’Histoire de la construction de Nantes. Paris. 2018. p. ?-?