Les grèves de médecins en République Démocratique du Congo: quels repères éthiques généralisables ?

Laurent Ravez, Stuart Rennie, Robert Yemesi, Jean-Lambert Chalachala, Darius Makindu, Frieda Behets, Albert Fox, Melchior Kashamuka, Patrick Kayembé

Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticle

1 Downloads (Pure)

Résumé

Depuis plusieurs années, la République Démocratique du Congo est le théâtre de grèves menées par les médecins du pays. Les revendications des grévistes en question sont essentiellement financières et statutaires, et visent à faire pression sur le gouvernement. Dans ce pays, comme c’est le cas presque partout dans le monde, les grèves médicales sont autorisées. Tout travailleur a le droit de dénoncer par la grève des conditions de travail jugées inacceptables. Mais les médecins sont-ils des travailleurs comme les autres ? N’ont-ils pas des obligations morales particulières liées aux spécificités de leur profession? Pour éclairer ces questions, les auteurs de cet article proposent trois repères moraux essentiels généralisables à des situations de grèves médicales ailleurs dans le monde. Le premier porte sur la reconnaissance du droit de grève pour les médecins, y compris pour des motifs strictement financiers. On ne peut demander à des professionnels de santé d’exercer leur métier dans des conditions de travail inhumaines ou sans un salaire permettant de faire vivre leur famille. Le deuxième repère estime que l’on ne peut pas accepter que ce droit de grève s’exerce en sacrifiant les patients les plus fragiles et en niant ainsi l’essence même de la profession médicale. Un troisième repère vient complexifier la réflexion en rappelant que l’extrême délabrement du système de santé congolais rend impossible l’organisation d’un service minimum de qualité en cas de grève. Pour sortir de ces difficultés, nous proposons une alliance thérapeutique nationale entre les médecins et les citoyens pour replacer les patients au centre des préoccupations du système de santé.
langue originaleFrançais
Pages (de - à)63-72
Nombre de pages10
journalRevue Canadienne de Bioéthique
Volume2
Numéro de publication2
étatPublié - 30 juin 2019

Citer ceci

Ravez, L., Rennie, S., Yemesi, R., Chalachala, J-L., Makindu, D., Behets, F., ... Kayembé, P. (2019). Les grèves de médecins en République Démocratique du Congo: quels repères éthiques généralisables ? Revue Canadienne de Bioéthique, 2(2), 63-72.
Ravez, Laurent ; Rennie, Stuart ; Yemesi, Robert ; Chalachala, Jean-Lambert ; Makindu, Darius ; Behets, Frieda ; Fox, Albert ; Kashamuka, Melchior ; Kayembé, Patrick. / Les grèves de médecins en République Démocratique du Congo : quels repères éthiques généralisables ?. Dans: Revue Canadienne de Bioéthique. 2019 ; Vol 2, Numéro 2. p. 63-72.
@article{61654a8064db4c8b93bb9c88d0279e61,
title = "Les gr{\`e}ves de m{\'e}decins en R{\'e}publique D{\'e}mocratique du Congo: quels rep{\`e}res {\'e}thiques g{\'e}n{\'e}ralisables ?",
abstract = "Depuis plusieurs ann{\'e}es, la R{\'e}publique D{\'e}mocratique du Congo est le th{\'e}{\^a}tre de gr{\`e}ves men{\'e}es par les m{\'e}decins du pays. Les revendications des gr{\'e}vistes en question sont essentiellement financi{\`e}res et statutaires, et visent {\`a} faire pression sur le gouvernement. Dans ce pays, comme c’est le cas presque partout dans le monde, les gr{\`e}ves m{\'e}dicales sont autoris{\'e}es. Tout travailleur a le droit de d{\'e}noncer par la gr{\`e}ve des conditions de travail jug{\'e}es inacceptables. Mais les m{\'e}decins sont-ils des travailleurs comme les autres ? N’ont-ils pas des obligations morales particuli{\`e}res li{\'e}es aux sp{\'e}cificit{\'e}s de leur profession? Pour {\'e}clairer ces questions, les auteurs de cet article proposent trois rep{\`e}res moraux essentiels g{\'e}n{\'e}ralisables {\`a} des situations de gr{\`e}ves m{\'e}dicales ailleurs dans le monde. Le premier porte sur la reconnaissance du droit de gr{\`e}ve pour les m{\'e}decins, y compris pour des motifs strictement financiers. On ne peut demander {\`a} des professionnels de sant{\'e} d’exercer leur m{\'e}tier dans des conditions de travail inhumaines ou sans un salaire permettant de faire vivre leur famille. Le deuxi{\`e}me rep{\`e}re estime que l’on ne peut pas accepter que ce droit de gr{\`e}ve s’exerce en sacrifiant les patients les plus fragiles et en niant ainsi l’essence m{\^e}me de la profession m{\'e}dicale. Un troisi{\`e}me rep{\`e}re vient complexifier la r{\'e}flexion en rappelant que l’extr{\^e}me d{\'e}labrement du syst{\`e}me de sant{\'e} congolais rend impossible l’organisation d’un service minimum de qualit{\'e} en cas de gr{\`e}ve. Pour sortir de ces difficult{\'e}s, nous proposons une alliance th{\'e}rapeutique nationale entre les m{\'e}decins et les citoyens pour replacer les patients au centre des pr{\'e}occupations du syst{\`e}me de sant{\'e}.",
author = "Laurent Ravez and Stuart Rennie and Robert Yemesi and Jean-Lambert Chalachala and Darius Makindu and Frieda Behets and Albert Fox and Melchior Kashamuka and Patrick Kayemb{\'e}",
year = "2019",
month = "6",
day = "30",
language = "Fran{\cc}ais",
volume = "2",
pages = "63--72",
journal = "Revue Canadienne de Bio{\'e}thique",
issn = "2561-4665",
publisher = "University of Montreal",
number = "2",

}

Ravez, L, Rennie, S, Yemesi, R, Chalachala, J-L, Makindu, D, Behets, F, Fox, A, Kashamuka, M & Kayembé, P 2019, 'Les grèves de médecins en République Démocratique du Congo: quels repères éthiques généralisables ?' Revue Canadienne de Bioéthique, VOL. 2, Numéro 2, p. 63-72.

Les grèves de médecins en République Démocratique du Congo : quels repères éthiques généralisables ? / Ravez, Laurent; Rennie, Stuart; Yemesi, Robert; Chalachala, Jean-Lambert; Makindu, Darius; Behets, Frieda ; Fox, Albert; Kashamuka, Melchior ; Kayembé, Patrick.

Dans: Revue Canadienne de Bioéthique, Vol 2, Numéro 2, 30.06.2019, p. 63-72.

Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticle

TY - JOUR

T1 - Les grèves de médecins en République Démocratique du Congo

T2 - quels repères éthiques généralisables ?

AU - Ravez, Laurent

AU - Rennie, Stuart

AU - Yemesi, Robert

AU - Chalachala, Jean-Lambert

AU - Makindu, Darius

AU - Behets, Frieda

AU - Fox, Albert

AU - Kashamuka, Melchior

AU - Kayembé, Patrick

PY - 2019/6/30

Y1 - 2019/6/30

N2 - Depuis plusieurs années, la République Démocratique du Congo est le théâtre de grèves menées par les médecins du pays. Les revendications des grévistes en question sont essentiellement financières et statutaires, et visent à faire pression sur le gouvernement. Dans ce pays, comme c’est le cas presque partout dans le monde, les grèves médicales sont autorisées. Tout travailleur a le droit de dénoncer par la grève des conditions de travail jugées inacceptables. Mais les médecins sont-ils des travailleurs comme les autres ? N’ont-ils pas des obligations morales particulières liées aux spécificités de leur profession? Pour éclairer ces questions, les auteurs de cet article proposent trois repères moraux essentiels généralisables à des situations de grèves médicales ailleurs dans le monde. Le premier porte sur la reconnaissance du droit de grève pour les médecins, y compris pour des motifs strictement financiers. On ne peut demander à des professionnels de santé d’exercer leur métier dans des conditions de travail inhumaines ou sans un salaire permettant de faire vivre leur famille. Le deuxième repère estime que l’on ne peut pas accepter que ce droit de grève s’exerce en sacrifiant les patients les plus fragiles et en niant ainsi l’essence même de la profession médicale. Un troisième repère vient complexifier la réflexion en rappelant que l’extrême délabrement du système de santé congolais rend impossible l’organisation d’un service minimum de qualité en cas de grève. Pour sortir de ces difficultés, nous proposons une alliance thérapeutique nationale entre les médecins et les citoyens pour replacer les patients au centre des préoccupations du système de santé.

AB - Depuis plusieurs années, la République Démocratique du Congo est le théâtre de grèves menées par les médecins du pays. Les revendications des grévistes en question sont essentiellement financières et statutaires, et visent à faire pression sur le gouvernement. Dans ce pays, comme c’est le cas presque partout dans le monde, les grèves médicales sont autorisées. Tout travailleur a le droit de dénoncer par la grève des conditions de travail jugées inacceptables. Mais les médecins sont-ils des travailleurs comme les autres ? N’ont-ils pas des obligations morales particulières liées aux spécificités de leur profession? Pour éclairer ces questions, les auteurs de cet article proposent trois repères moraux essentiels généralisables à des situations de grèves médicales ailleurs dans le monde. Le premier porte sur la reconnaissance du droit de grève pour les médecins, y compris pour des motifs strictement financiers. On ne peut demander à des professionnels de santé d’exercer leur métier dans des conditions de travail inhumaines ou sans un salaire permettant de faire vivre leur famille. Le deuxième repère estime que l’on ne peut pas accepter que ce droit de grève s’exerce en sacrifiant les patients les plus fragiles et en niant ainsi l’essence même de la profession médicale. Un troisième repère vient complexifier la réflexion en rappelant que l’extrême délabrement du système de santé congolais rend impossible l’organisation d’un service minimum de qualité en cas de grève. Pour sortir de ces difficultés, nous proposons une alliance thérapeutique nationale entre les médecins et les citoyens pour replacer les patients au centre des préoccupations du système de santé.

M3 - Article

VL - 2

SP - 63

EP - 72

JO - Revue Canadienne de Bioéthique

JF - Revue Canadienne de Bioéthique

SN - 2561-4665

IS - 2

ER -