Les a priori de race influencent-ils les noms donnés aux chiens ?

Océane PERROCHEAU

Résultats de recherche: Thèse externeMémoire de master

Résumé

Le chien est le premier animal domestiqué par l'homme, et il est aujourd'hui un compagnon très prisé. Cependant, l'espèce Canis lupus familiaris est constituée d'une multitude de races, dont certaines sont peu appréciées par la population du fait de leur physique et de la médiatisation. Animal de compagnie fortement anthropomorphisé, le chien reçoit au même titre qu'un enfant, un nom auquel il va apprendre à répondre. Chez l'humain le prénom représente son identité. Il est pertinent de se demander si le nom du chien est choisi en fonction de ce qui fait sa particularité, c'est-à-dire sa race. Ainsi ce travail analyse le choix des noms donnés, par des hommes et des femmes étudiants ou salariés, à différentes races de petits et de grands chiens (Labrador, American Staffordshire terrier (Amstaff), Jack Russel et West Highland terrier), afin de déterminer l'impact des éventuels a priori de race sur ce choix. Les résultats confirment l'existence d'a priori raciaux, l'Amstaff est perçu négativement, alors que le Jack Russel est considéré comme positif. Le choix des noms au sein des races dépend de la catégorie et du sexe des répondants : les étudiantes nomment plus souvent le Labrador Zara. Cependant, il n'a pas été possible de mettre en évidence une influence des a priori de race sur le choix du nom bien que certains noms apparaissent comme étant spécifiques d'une race. Ainsi on trouve Sam pour le Labrador, ou Tyson et Rambo pour l'Amstaff.
langue originaleFrançais
DiplômeMaster
L'institution diplômante
  • Université de Rennes I
Superviseur(s)/conseiller
  • DIEDERICH, Claire, Superviseur
Etat de la publicationNon publié - 2011

mots-clés

  • affet
  • noms
  • stéréotype

Contient cette citation