La politique militaire de Charlemagne et la paysannerie franque

Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticle

Résumé

L’extraordinaire expansion du royaume franc sous les premiers Carolingiens a suscité bien des débats. Parmi les questions en suspens, l’importance des effectifs sur le terrain et la participation des simples paysans aux campagnes militaires. Concernant le premier point, un réexamen rigoureux des sources et leur confrontation prudente avec les données disponibles hors du monde franc permettent d’exclure, en dépit des incertitudes dues aux déficiences documentaires, les propositions minimalistes (Reuter) et maximalistes (Bachrach). L’enquête permet également de mieux cerner le rôle de la paysannerie dans l’organisation militaire carolingienne. Elle établit et précise le caractère novateur des mesures prises par le gouvernement carolingien en vue de parer à des problèmes récurrents de recrutement au sein de l’armée et de protéger les frontières, stabilisées à partir de 800 environ : la convocation des paysans alleutiers francs à l’ost et ses modalités d’application d’une part, l’imposition de services de guet à tous les hommes libres des marches et des littoraux menacés d’autre part. Selon toute vraisemblance, ces réformes militaires ont entraîné pour les paysans propriétaires des régions centrales de l’empire une aggravation globale de leurs charges, qui a contribué à les fragiliser et les a même parfois incités à aliéner leur alleu pour échapper au service d’ost.
langue originaleFrançais
Pages (de - à)1-33
Nombre de pages33
journalFrancia
Volume36
Etat de la publicationPublié - 2009

Contient cette citation