La mémoire nominale des artistes dans les abbayes romanes

Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticleRevue par des pairs

Résumé

L’article propose une réflexion sur les vecteurs et les enjeux de la conservation d’une mémoire nominale des artistes romans en milieu monastique, en puisant aux exemples français entre le second quart du XIe et la fin du XIIe siècle. Il s’attache en premier lieu aux récits à caractère historique pour montrer comment les artisans y sont parfois nommés, principalement dans le cadre d’épisodes miraculeux ou pour exalter la capacité d’un prélat bâtisseur à se procurer les meilleurs maîtres. Sont ensuite analysées les inscriptions appelées communément « signatures » par lesquelles un individu revendique la réalisation de l’œuvre. Enfin la valeur de ces inscriptions nominales est mise en perspective dans le contexte des pratiques de commémoration pour proposer une lecture à vocation dévotionnelle et eschatologique de ces attestations épigraphiques.
langue originaleFrançais
Pages (de - à)231-242
journalLes cahiers de Saint-Michel de Cuxa
VolumeXLIX
Etat de la publicationPublié - juil. 2018
EvénementActes des XLIXes journées romanes de Cuxa: Les grandes abbayes et l'art roman -
Durée: 10 juil. 201715 juil. 2017
Numéro de conférence: XLIX

mots-clés

  • Artiste médiéval
  • Art roman (France)
  • Épigraphie médiévale

Contient cette citation