La différenciation, une réponse individuelle et locale à une institution scolaire traversée de tensions

Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticleRevue par des pairs

Résumé

L’école, est fortement décriée par de nombreux acteurs, faisant apparaitre sa vulnérabilité d’institution au caractère fragmenté. Pour y faire face et assurer leur fonction de pédagogues, certains enseignants déploient des trésors de ressources. Parmi celles-ci, la différenciation occupe une place prépondérante, même si chaque acteur l’investit de manière singulière. Concept mobilisateur de l’action ou concept d’intelligibilité ? Nous avons pris le parti de ne pas traiter la « différenciation » comme un concept de recherche mais comme une notion qui mobilise les acteurs dans des tâches et des manières d’agir qu’ils ne mettraient pas en œuvre s’ils ne rencontraient pas des obstacles non négligeables dans leur quotidien d’enseignants. Effet, nous avons rencontré dix-sept enseignants du fondamental (3 à 12 ans), du secondaire (12 à 18 ans) et du supérieur non universitaire et universitaire, recrutés selon une logique d’opportunité, pour explorer, dans une approche subjective, les éléments de leur pratique révélant les indices des tensions larvées ou explicites qui traversent l’institution scolaire et qui font de l’école un espace stressant, inconfortable, voire générant de la souffrance.
langue originaleFrançais
journalEducation et Socialisation : les cahiers du CERFEE
Numéro de publication59
Les DOIs
Etat de la publicationPublié - 31 mars 2021

Contient cette citation