Exactitude, déterminants, effets et représentations de l’auto-évaluation chez des étudiants de première année universitaire

Valérie Wathelet, Matthieu Dontaine, Xavier Massart, Philippe Parmentier, Sandrine Vieillevoye, Marc Romainville

Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticle

Résumé

Dans le cadre d’un dispositif d’évaluation formative et précoce des prérequis à l’entrée des études universitaires, des étudiants de première année ont été amenés à s’auto-évaluer en estimant leur degré de maîtrise de chacun des prérequis testés sur une échelle de trois niveaux spécifiés au préalable. S’inscrivant dans la perspective du feedback « durable », l’auto-évaluation a été introduite dans le dispositif, car elle constitue une étape importante dans un processus visant à développer l’autonomie de l’étudiant, indispensable à sa réussite dans l’enseignement supérieur. Dans ce processus d’auto-évaluation, l’étudiant a d’abord été amené à poser un auto-diagnostic lors de la présentation d’un « Passeport », ce diagnostic étant censé amener l’étudiant à entamer une démarche de régulation par sa participation à des activités de renforcement. Dans cet article, le niveau d’exactitude du comportement d’auto-évaluation des étudiants est d’abord étudié. Les facteurs associés au comportement d’auto-évaluation sont ensuite analysés, en examinant notamment le genre (garçon-fille), le niveau de maîtrise réelle des prérequis, ainsi que la participation aux activités de renforcement. Nous analysons enfin les représentations des étudiants de l’activité même d’auto-évaluation. L’article se termine par une discussion sur les limites de la recherche et par des propositions d’implications pédagogiques.
langue originaleFrançais
journalRevue internationale de pédagogie de l'enseignement supérieur (RIPES)
Volume32
Numéro de publication2
Etat de la publicationPublié - juil. 2016

mots-clés

  • université
  • aide à la réussite
  • auto-évaluation
  • évaluation formative
  • prérequis

Contient cette citation