Bohèmes, oubliés et maudits

Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticle

2 Téléchargements (Pure)

Résumé

Le motif polymorphe et omniprésent de la marginalité littéraire offre trois prises différentes au moins : il est d’abord saisissable dans les trajectoires effectives d’individus tenus à l’écart du cursus honorum lettré ; il s’incarne ensuite dans des postures (manières d’occuper une position au sein du champ en jouant d’une inadéquation à celui-ci ou en la surjouant) ; il se déploie enfin sur le plan thématique dans des œuvres esquissant un portrait fictionnel de leur auteur ou relatant les péripéties de personnages écrivains en rupture de ban. Encore toutes les formes de marginalité ne sont-elles pas similaires : bohème, oubli et malédiction constituent trois modalités spécifiques de l’anomie littéraire, voisines et présentant des zones d’intersection, mais qu’il convient de distinguer. Toutes se rencontrent dans le domaine de la littérature belge et contribuent à nourrir son imaginaire, ici entendu dans le sillage de Pierre Popovic, mais aussi ce que Pierre Bourdieu appelait l’illusio propre à un univers spécifique, c’est-à-dire l’adhésion à un ensemble de croyances, rites, comportements et règles implicites favorisant la participation au jeu.
langue originaleFrançais
Pages (de - à)11-24
Nombre de pages14
journalTextyles
Volume53
Les DOIs
Etat de la publicationPublié - 2018

Contient cette citation