Barbouillages et interpolations: Les affiches publicitaires détournées de l'internationale hallucinex (1970)

Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticleRevue par des pairs

Résumé

Dans le troisième numéro des «Cahiers noirs du soleil» (1970), surtitré «L’Internationale Hallucinex» et présenté comme une «revue-tract à détruire», l’artiste et écrivain Jean-Jacques Lebel publie un texte d’inspiration situationniste intitulé «La marchandise ou la vie», qu’il illustre par 84 photographies de publicités affichées dans le métro parisien et sur lesquelles des quidams ont apposé slogans contestataires, invectives et autres jeux de mots. C’est cet objet biface que nous essayons de saisir ici, d’abord en revenant sur les logiques et enjeux de la publication d’un tel corpus sauvage, sur l’argumentation et l’imaginaire de son discours d’escorte ; ensuite en étudiant les rouages des différents détournements rassemblés, en cherchant à identifier les formes de perturbation du discours publicitaire qu’ils privilégient, leurs stratégies rhétoriques, leurs cibles et leurs effets à l’aune de leur contexte d’énonciation, mais en tentant aussi de mettre en lumière certaines tendances générales d’un phénomène d’interpolation contestataire qui vise à dissiper la routine et à se réapproprier l’espace public en articulant virulence et style potache.
langue originaleFrançais
Pages (de - à)95-114
journalLangage & société
Etat de la publicationPublié - 2021

Contient cette citation