Abaissement et registres de langue: Étude de la variation des signes frontaux et des signes symétriques dans un corpus de langue des signes de Belgique francophone

Résultats de recherche: Contribution à un journal/une revueArticle

9 Downloads (Pure)

Résumé

En langue des signes, le degré de formalité d’un discours influence-t-il l’importance des réductions phonétiques qui y sont produites ? Cet article présente une première analyse de ce phénomène de variation au sein des registres de la langue des signes de Belgique francophone ou LSFB. Le type de réduction considéré est l’abaissement – c’est-à-dire l’articulation d’un signe en dessous de l’emplacement pour lequel il est spécifié – dont nous étudions la réalisation dans deux catégories de signes : les signes frontaux et les signes symétriques. À partir de l’analyse des productions signées de deux locuteurs de la LSFB dans quatre contextes distincts, nous montrons que le degré d’abaissement des signes est lié à la formalité des discours : plus un discours est informel, plus les abaissements sont importants. Nous présentons également l’influence de l’environnement phonétique (hauteur, nombre et activité des mains) sur la réalisation des abaissements pour les deux catégories de signes considérées.
langue originaleFrançais
Nombre de pages14
journalTravaux du Cercle Belge de Linguistique
Volume11
étatPublié - 2017

Citer ceci

@article{bb1dac3250a34a0da2d3ed0106403fb8,
title = "Abaissement et registres de langue: {\'E}tude de la variation des signes frontaux et des signes sym{\'e}triques dans un corpus de langue des signes de Belgique francophone",
abstract = "En langue des signes, le degr{\'e} de formalit{\'e} d’un discours influence-t-il l’importance des r{\'e}ductions phon{\'e}tiques qui y sont produites ? Cet article pr{\'e}sente une premi{\`e}re analyse de ce ph{\'e}nom{\`e}ne de variation au sein des registres de la langue des signes de Belgique francophone ou LSFB. Le type de r{\'e}duction consid{\'e}r{\'e} est l’abaissement – c’est-{\`a}-dire l’articulation d’un signe en dessous de l’emplacement pour lequel il est sp{\'e}cifi{\'e} – dont nous {\'e}tudions la r{\'e}alisation dans deux cat{\'e}gories de signes : les signes frontaux et les signes sym{\'e}triques. {\`A} partir de l’analyse des productions sign{\'e}es de deux locuteurs de la LSFB dans quatre contextes distincts, nous montrons que le degr{\'e} d’abaissement des signes est li{\'e} {\`a} la formalit{\'e} des discours : plus un discours est informel, plus les abaissements sont importants. Nous pr{\'e}sentons {\'e}galement l’influence de l’environnement phon{\'e}tique (hauteur, nombre et activit{\'e} des mains) sur la r{\'e}alisation des abaissements pour les deux cat{\'e}gories de signes consid{\'e}r{\'e}es.",
author = "Aurore Paligot",
year = "2017",
language = "Fran{\cc}ais",
volume = "11",
journal = "Travaux du Cercle Belge de Linguistique",

}

TY - JOUR

T1 - Abaissement et registres de langue

T2 - Étude de la variation des signes frontaux et des signes symétriques dans un corpus de langue des signes de Belgique francophone

AU - Paligot, Aurore

PY - 2017

Y1 - 2017

N2 - En langue des signes, le degré de formalité d’un discours influence-t-il l’importance des réductions phonétiques qui y sont produites ? Cet article présente une première analyse de ce phénomène de variation au sein des registres de la langue des signes de Belgique francophone ou LSFB. Le type de réduction considéré est l’abaissement – c’est-à-dire l’articulation d’un signe en dessous de l’emplacement pour lequel il est spécifié – dont nous étudions la réalisation dans deux catégories de signes : les signes frontaux et les signes symétriques. À partir de l’analyse des productions signées de deux locuteurs de la LSFB dans quatre contextes distincts, nous montrons que le degré d’abaissement des signes est lié à la formalité des discours : plus un discours est informel, plus les abaissements sont importants. Nous présentons également l’influence de l’environnement phonétique (hauteur, nombre et activité des mains) sur la réalisation des abaissements pour les deux catégories de signes considérées.

AB - En langue des signes, le degré de formalité d’un discours influence-t-il l’importance des réductions phonétiques qui y sont produites ? Cet article présente une première analyse de ce phénomène de variation au sein des registres de la langue des signes de Belgique francophone ou LSFB. Le type de réduction considéré est l’abaissement – c’est-à-dire l’articulation d’un signe en dessous de l’emplacement pour lequel il est spécifié – dont nous étudions la réalisation dans deux catégories de signes : les signes frontaux et les signes symétriques. À partir de l’analyse des productions signées de deux locuteurs de la LSFB dans quatre contextes distincts, nous montrons que le degré d’abaissement des signes est lié à la formalité des discours : plus un discours est informel, plus les abaissements sont importants. Nous présentons également l’influence de l’environnement phonétique (hauteur, nombre et activité des mains) sur la réalisation des abaissements pour les deux catégories de signes considérées.

UR - https://sites.uclouvain.be/bkl-cbl/fr/publications/travaux-du-cbl/volume-11-2017/

M3 - Article

VL - 11

JO - Travaux du Cercle Belge de Linguistique

JF - Travaux du Cercle Belge de Linguistique

ER -