Description

Peu d'époques de la littérature allemande sont aussi fructueuses que celle de 1770 à 1830. Parce qu'elle coïncide avec la vie de l'auteur allemand le plus celèbre, Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), on la nomme "Goethezeit" (l'époque de Goethe).

La richesse de la littérature de cette époque est liée à de profonds changements tant au niveau politique et social que littéraire. Le siècle des lumières, menant à la prise de conscience de l'individu et contestant le pouvoir absolu de l'Eglise et de l'Ancien Régime, atteint son apogée avec la Révolution Française. En France, la rupture avec les conventions et les restrictions liées au système féodal et absolutiste se fait au niveau politique et social. Par contre, en Allemagne, pays sans centre politique et morcelé dans une multitude de petits états indépendants, cette rupture se manifeste dans le domaine de la littérature.

Dans les sillages des grands écrivains du Siècle des Lumières, la jeune génération des Goethe, Schiller, Lenz et autres s'inspire des oeuvres de Shakespeare et fonde un nouveau style dramatique qui, optant pour l'expression spontanée des émotions et pour la confrontation des classes, se libère des conventions de la tragédie classiciste en France, modèle dominant jusque-là.

Dans le domaine de la poésie, cette génération nommée "Sturm und Drang" ("fugue et impulsion"), inaugure une poésie, dans laquelle l'individu s'exprime librément - résultat évident de l'ascension de l'individualisme. Celui-ci se manifeste également dans le "roman d'éducation" dans lequel se confrontent, propulsés par cette même génération, les intérêts de la société et de l'individu.

Suit alors, vers la fin du 18e siècle, le classicisme de Weimar, fondé par Goethe et Schiller et orienté vers les idéaux esthétiques de l'antiquité. Vers le tournant du siècle, le classicisme provoque la révolte d'une nouvelle jeune génération, les "romantiques". En s'ouvrant à des langues et littératures extra-européennes et à la philosophie (ouverture d'ailleurs partagée par le Goethe post-classiciste), les romantiques brisent les restrictions des genres littéraires et prônent une poésie universelle. Le romantisme surmonte la sérénité artificielle du classicisme en découvrant les côtés inconscients et irrationnels de l'être humain. A travers cette évolution, le romanticisme trace le chemin de la littérature moderne.

La littérature de la "Goethezeit" est devenue un des atouts de l'enseignement et de la recherche au Département d'allemand. Le professeur Anke Bosse, spécialiste de cette époque, est membre de plusieurs Sociétés 'Goethe' et est en contact régulier avec la Stiftung Weimarer Klassik (Fondation "Classicisme de Weimar", Allemagne). Sont issus de ses recherches un grand colloque international portant sur la réception européenne de Goethe (Bruxelles, 1999) et un nombre important de publications.
statutEn cours d'exécution
Les dates de début/date réelle1/01/96 → …

mots-clés

  • romantiques
  • cultures extra-européennes
  • litterature allemande
  • litterature comparee
  • cultures extra-europeennes
  • Goethe
  • littérature allemande
  • littérature comparée