Détermination des gènes impliqués dans la résistance à la protonthérapie dans le cadre du traitement des adénocarcinomes du pancréas

Recherche

Description

Les adénocarcinomes du pancréas sont un des cancers solides les plus
agressifs avec une médiane de survie inférieure à 12 mois. Le meilleur
traitement dans ce type de pathologie est la résection chirurgicale mais
dans la plupart des cas, le diagnostic s’effectue après que la tumeur ait déjà
métastasée aux organes voisins. Dans ce cas, seule la chimiothérapie
associée à la radiothérapie sont possibles mais cette combinaison montre
des effets limités et surtout une toxicité importante pour le patient. Depuis
quelques années, la proton thérapie devient une alternative importante
dans le traitement du cancer en diminuant la toxicité aux organes
environnants comparée la radiothérapie classique. L’intérêt de son
utilisation dans la traitement des adénocarcinomes du pancréas est
important en limitant les effets nocifs sur les tissus sains péri-tumoraux ainsi
que les organes adjacents tels que l’estomac, le foie ou encore les reins.
Dans le cadre de cette étude, nous proposons de déterminer les gènes
impliqués dans la résistance des tumeurs pancréatiques à la protonthérapie
et ainsi mieux déterminer les doses à administrer aux patients et les
chimiothérapies à utiliser en association. Pour se faire, nous utiliserons des
modèles in vitro d’adénocarcinomes du pancréas dans lesquels nous
criblerons plus de 18 000 gènes potentiellement impliqués dans ces
mécanismes de résistance par l’utilisation de la technique CRISPR/Cas9.
Au final, ces travaux nous permettront de mieux comprendre par quels
mécanismes les tumeurs pancréatiques répondent à la protonthérapie mais
aussi de proposer des associations avec des chimiothérapies permettant de contourner leur résistance intrinsèque aux protons.
Titre abrégéRES-PRO
statutEn cours d'exécution
Les dates de début/date réelle1/10/1730/09/19