Un moteur d'inférence générique pour le traçage de personnes et d'objets mobiles avec des techniques de géo-localisation sécurisées

Projet: Projet de thèse

Détails du projet

Description

Motivations

La surveillance de certaines catégories de personnes par des moyens électroniques pourrait améliorer la sécurité publique. Certaines parce qu'elles représentent un danger potentiel pour la société (délinquants sexuels récidivistes, terroristes...), d'autres parce qu'elles sont vulnérables (personnes âgées, patients...) enfin d'autres dans l'exercice de leur fonction publique (militaires, pompiers, policiers...).

Certains objets (armes, matières précieuses, substances dangereuses...) devraient être tracés car leur perte pourrait induire des risques pour la sécurité publique ou entrainer des préjudices financiers lourds à l'état fédéral ou aux régions.

Description

La thèse porte sur l'analyse, la conception et le prototypage d'un moteur d'inférence générique qui peut répondre aux besoins de différentes applications de surveillance et de traçage de personnes et d'objets à des fins de sécurité publique.

Les différentes 'instances' de ce logiciel pourront être utilisées par les centres de contrôle de prisonniers en liberté conditionnelle, les postes de commande des services de sécurité, les états-majors...

L'essor des technologies de géo localisation augmente les possibilités d'une surveillance quasi permanente et ubiquitaire, répondant aux exigences très élevées de certaines applications (la surveillance des délinquants sexuels...).

Ce logiciel générique, objet de la thèse offrira des interfaces aux différentes technologies de géo localisation (serveur de localisation...), aux appareils liés aux personnes et objets à surveiller (bracelets électroniques, implants, puces RFID...) et aux terminaux des utilisateurs des applications (les 'surveillants').

On ne peut ignorer que le mauvais usage d'applications de surveillance pourrait nuire aux libertés individuelles et à la vie privée. Dés lors, le logiciel, objet de la thèse, intégrera des mécanismes de contrôle qui devront empêcher ou au moins détecter les utilisations injustifiées de ces applications.

Méthodes et outils

L'analyse et la conception seront basées sur le langage de modélisation UML (Unified Modelling Language).

Les exigences des différentes applications seront collectées auprès des autorités fédérales ou régionales belges (ministère de la justice, de l'intérieur, de la défense...).

Le logiciel sera réalisé avec des logiciels de base (système d'exploitation, gestionnaire de base de données...) et un environnement de développement 'open source'.

Ce logiciel mettra en œuvre des techniques d'intelligence artificielle : Ensemble de règles qui pourront être aisément adaptées à chaque application et qui permettront de détecter qu'une situation est 'anormale' : Une personne ou un objet surveillé n'est pas à l'endroit où on l'attend ou n'émet plus de signaux, un surveillant fait une consultation 'suspecte'.... En outre, des techniques d'intelligence artificielle pourraient également être utilisées pour améliorer la modélisation des trajectoires des mobiles à tracer.

Il utilisera également des méthodes statistiques car une des problématiques est de déterminer une position à un moment précis à partir de données de localisation qui ne sont pas fournies au même moment, ni avec la même précision (sources des données: GPS, triangulation par réseau cellulaire, Argos...). Le système ne dira donc pas 'il est là' mais donnera plutôt 'la probabilité qu'il soit là avec un certain intervalle de confiance'.

Enfin, le logiciel implémentera des protocoles de sécurité informatique couvrant les risques des attaques spécifiques menaçant les systèmes de géo-localisation ('trou du ver'...) et assurant la surveillance des 'surveillants'.
statutRéduit
Les dates de début/date réelle1/09/0415/09/07

mots-clés

  • Géo-localisation
  • sécurité
  • traçage
  • Geo-localisation
  • securite
  • tracage