L'évaluation dans tous ses états

Boraita, F. (Membre du Comité d'Organisation), Francois-Xavier FIEVEZ (Membre du Comité d'Organisation), Valerie Wathelet (Membre du Comité d'Organisation)

Activité: Types de Participation ou d'organisation d'un événementParticipation à un Colloque, une journée d'étude

Description

Cette journée sera l'occasion de partager ce que la recherche en didactique et en éducation apporte à nos champs de pratiques en matière d’évaluation.

Articulées autour de la thématique centrale de l’évaluation, les recherches et expériences qui rythmeront la journée porteront sur les axes suivants :

les pratiques évaluatives et auto-évaluatives,
les processus de régulation,
les pratiques enseignantes,
les valeurs sociétales.

Des conférences seront proposées par des invités externes et les membres de l’IRDENa présenteront leurs travaux de recherche sous la forme d'une communication ou ils animeront des ateliers pratiques.

Conférence de Sophie Le Garrec: L’évaluation au sein des sphères professionnelles s’est imposée en quelques décennies comme une évidence peu discutée. Pourtant, la logique qui sous-tend la plupart des outils évaluatifs que nous avons appréhendés dans le cadre de nos recherches, pose de nombreux problèmes et mérite une réflexion critique. De nos constats et analyses, il ressort que l’évaluation pervertit à certains égards nombre de pratiques professionnelles ayant notamment pour visée la relation avec Autrui (évaluation des personnes) mais aussi les moyens mis en action (évaluation de dispositifs ou de programmes).
Nous nous attarderons sur deux principaux écueils de l’évaluation notamment dans des métiers « de contacts » et des dispositifs sanitaires :
a) Comment évaluer des pratiques et postures échappant à toute rationalité ? Sachant que cette invisibilité du « faire » constitue pour beaucoup d’actifs/ives le fondement même de leur identité professionnelle ?
b) Comment l’outil évaluation considéré jusqu’ici comme moyen est devenu finalité ? Et en quoi cela a des répercussions délétères sur les dispositifs et les programmes ?

Conférence de Christophe Grémion: Les acteurs des dispositifs de formations à visées professionnalisantes évoluent fréquemment dans une situation paradoxale. D’une part, ils ont pour mission de soutenir le développement de l’autonomie et de la responsabilité de la personne en formation alors que, d’autre part, ils visent la conformité des pratiques à un genre professionnel reconnu comme norme attendue. La première situation relève de l’accompagnement qui se revendique du paradigme de l’apprentissage alors que la seconde relève de la guidance qui se caractérise, pour sa part, plus proche du paradigme de l’enseignement.
Après avoir défini et comparé ces deux logiques de la relation, nous les observerons à l’aide du cube des modalités évaluatives. Ce modèle permet de se questionner sur trois dimensions constitutives essentielles des modalités évaluatives en s’intéressant 1) à l’acteur de l’évaluation - autoévaluation vs hétéro-évaluation – 2) au destinataire de l’information produite par l’évaluation - interne vs externe - et 3) au référentiel - figé et attendu vs ouvert et en débat.
Cette réflexion nous fera nous questionner sur les possibilités de concevoir la dyade « accompagner-guider » non plus selon une dialectique cartésienne parfois stérile, mais selon une dialogique plus en recherche de complémentarités.

Période17 déc. 2020
Type d'événementautre
LieuNamur, Belgique
Niveau de reconnaissanceLocal