As de pique ou valet puant? L'enseignement des langues en Belgique.

Activité: Discours ou présentation Discours invité

Description

Si les langues sont souvent perçues à la fois comme des atouts (économiques, culturels, …) et des problèmes (politiques, juridiques, sociétaux, …), les apprendre et les enseigner sont en tout cas rarement une évidence. Or, l’anglais domine à la 1re place mondiale des langues populaires, si on additionne locuteurs natifs et personnes l’ayant appris comme langue moderne .
Alors, est-il aujourd’hui encore utile d’apprendre d’autres langues que l’anglais, particulièrement en Belgique ?
Que nous dit le marché du travail ? Quelles langues modernes peut-on ou doit-on apprendre à l’école en Flandre, à Bruxelles, en Wallonie ou en communauté germanophone ? Comment se porte le français côté néerlandophone ? Quels sont les obstacles côté wallon à rendre le néerlandais obligatoire en 2027 ? Et pourquoi, au regard de cette offre, tout.e.s les Belges ne sont-ils/elles pas multilingues ?

Après avoir contextualisé les défis de l’enseignement et de l’apprentissage des langues en Belgique sur base de chiffres et de quelques résultats de recherche, nous réfléchirons ensemble aux pistes de solutions entre didactique des langues et antidote aux stéréotypes, psychologie positive et réveil du moi-rebelle.
Période23 févr. 2024
Conservé àKULeuven - Centrum voor Levende Talen, Belgique
Niveau de reconnaissanceRégional