Face à la montée des résistances aux antibiotiques, quel avenir pour cette classe médicamenteuse.

  • Laura MOURAD

Student thesis: Master typesMaster in Pharmaceutical Sciences, Professionnal focus

Abstract

L’antibiorésistance est un phénomène mondial qui inquiète de plus en plus nos sociétés modernes. Ce phénomène est sur le point de nous faire entrer dans une époque où les infections bactériennes ne pourront plus être contrôlées par cette classe médicamenteuse incontournable que sont les antibiotiques. Malgré une population plutôt consciente de cette problématique, la Belgique reste tout de même le neuvième plus grand consommateur d’antibiotiques en Europe. La résistance, aussi bien naturelle qu’acquise, est un phénomène par lequel les bactéries parviennent à échapper à l’action d’un antibiotique. Initialement présente pour permettre une compétition évolutive entre bactéries, cette résistance est maintenant largement exacerbée par des comportements et des habitudes socio-économiques humaines. De nos jours, suite à une utilisation massive et non efficiente des antibiotiques, les bactéries subissent une pression de sélection de plus en plus importante. Cette pression de sélection accrue est due, notamment à une mauvaise utilisation des antibiotiques au niveau la médecine humaine ambulatoire, et ce, via des erreurs de prescription, une mauvaise gestion des déchets, l’automédication du patient ou encore la méconnaissance générale du sujet de l’antibiorésistance. De ce fait, une partie considérable de la problématique est liée au mauvais respect de la règle en 5 points : « Bon patient, bon médicament, bon moment, bonne dose et pas n’importe comment ». Face à ce fléau, il semble nécessaire de se poser des questions sur l’avenir des antibiotiques tout en imaginant des solutions pour pallier au problème de l’antibiorésistance. Dans ce mémoire, nous aborderons diverses solutions scindées en deux grandes lignes directrices. La première développe un ensemble d’actions permettant de garantir une meilleure efficacité des antibiotiques, notamment via une diminution et une meilleure utilisation de ces derniers. Enfin, la deuxième rassemble différentes techniques innovantes (phagothérapie, vaccination, etc.) permettant de combattre les infections bactériennes sans avoir recours à l’utilisation d’antibiotiques.
Date of Award30 Mar 2023
Original languageFrench
Awarding Institution
  • University of Namur
SupervisorGipsi Lima Mendez (Supervisor)

Cite this

'