Vénus horribilis ou la poupée anatomique

    Research output: Contribution in Book/Catalog/Report/Conference proceedingChapter

    Abstract

    Au XIXe siècle, les Vénus anatomiques dont les ventres de cire s'ouvrent sur des organes artificiels, se multiplient en Europe. Je veux démontrer dans cet article que ce qu'elles ont d'horrible relève de l'« Unheimlich » tel que le définit Freud : ce qui aurait dû rester secret, mais qui est venu au jour. J'examine ensuite de quelle façon ce type d'horreur anime la littérature de l'époque (notamment certains textes de Goethe et Villiers de l'Isle Adam) qui représente volontiers des femmes dont la beauté extérieure laisse entrevoir les organes (notamment Nana et La Dame aux camélias).
    Original languageEnglish
    Title of host publicationDe la baïonnette au scalpel. Comment l'horreur s'écrit (XIXe-XXe siècle).
    Subtitle of host publicationActes du colloque (Gand 14-15 juin 2007)
    Place of PublicationGenève
    PublisherDroz
    Pages31-42
    Number of pages12
    Publication statusPublished - 2009

    Cite this