Abstract

Gérard de Nerval a été invité, en 1852, à raconter ‒ sous le titre : La Bohême galante, et dans le journal L’Artiste ‒ ses souvenirs de poète pour contribuer à diffuser la thèse qu’Arsène Houssaye avait fondé la bohème des artistes et des écrivains. Même s’il est peu concerné par le « combat » que mène son ami Houssaye, Nerval a trouvé dans la thématique de la bohème des éléments qui rencontraient ses préoccupations propres.
Original languageFrench
Pages (from-to)301-317
Number of pages18
JournalRevue d'Histoire Littéraire de la France
Volume121
Issue number2
Early online date14 May 2021
DOIs
Publication statusPublished - 2021

Cite this