La réduction du temps de travail

Gérard Valenduc, Patricia Vendramin

Research output: Contribution to journalArticle

Abstract

La réduction du temps de travail est étroitement liée à de nombreuses problématiques, telles que la création d’emplois, la qualité de vie ou le niveau des salaires. Les termes dans lesquels elle se pose ont sensiblement évolué au cours des deux dernières décennies, la dimension collective ayant progressivement fait place à des formes individuelles de réduction du temps de travail.
Le n° 2191-2192 du Courrier hebdomadaire du CRISP “La réduction du temps de travail”, rédigé par Gérard Valenduc et Patricia Vendramin, dresse un état des lieux actuel de la question en Belgique. Tout d’abord, il analyse la répartition des salariés belges selon la durée hebdomadaire habituelle de leur travail. Un accent particulier est mis sur les inégalités qui prévalent entre les femmes et les hommes, entre les professions et entre les secteurs d’activité, ainsi qu’entre les trois régions du pays. Ensuite, retraçant l’évolution du temps de travail au cours des dix dernières années, l’étude montre un net ralentissement de la tendance historique à la diminution amorcée au début du 20e siècle. Une comparaison internationale permet de situer la Belgique par rapport aux pays voisins à ce propos : la France après les « 35 heures », mais aussi l’Allemagne, les Pays-Bas ou le Royaume-Uni. Enfin, les auteurs dressent un panorama des opinions qui prévalent aujourd’hui en Belgique francophone à l’égard de la réduction du temps de travail, à partir d’une enquête réalisée en collaboration avec la CSC. En conclusion, les auteurs suggèrent des pistes pour penser de manière innovante la réduction du temps de travail, en tenant compte des transformations profondes que le monde du travail a connues depuis les débats des années 1990. De nombreux graphiques et tableaux statistiques enrichissent l’exposé.
Original languageFrench
Pages (from-to)1-84
Number of pages84
JournalCourrier hebdomadaire du CRISP
Volume2013
Issue number2191-2192
Publication statusPublished - Dec 2013

Cite this

Valenduc, G., & Vendramin, P. (2013). La réduction du temps de travail. Courrier hebdomadaire du CRISP, 2013(2191-2192), 1-84.
Valenduc, Gérard ; Vendramin, Patricia. / La réduction du temps de travail. In: Courrier hebdomadaire du CRISP. 2013 ; Vol. 2013, No. 2191-2192. pp. 1-84.
@article{e30c15c0239c463bbc0171df5cddcca6,
title = "La r{\'e}duction du temps de travail",
abstract = "La r{\'e}duction du temps de travail est {\'e}troitement li{\'e}e {\`a} de nombreuses probl{\'e}matiques, telles que la cr{\'e}ation d’emplois, la qualit{\'e} de vie ou le niveau des salaires. Les termes dans lesquels elle se pose ont sensiblement {\'e}volu{\'e} au cours des deux derni{\`e}res d{\'e}cennies, la dimension collective ayant progressivement fait place {\`a} des formes individuelles de r{\'e}duction du temps de travail.Le n° 2191-2192 du Courrier hebdomadaire du CRISP “La r{\'e}duction du temps de travail”, r{\'e}dig{\'e} par G{\'e}rard Valenduc et Patricia Vendramin, dresse un {\'e}tat des lieux actuel de la question en Belgique. Tout d’abord, il analyse la r{\'e}partition des salari{\'e}s belges selon la dur{\'e}e hebdomadaire habituelle de leur travail. Un accent particulier est mis sur les in{\'e}galit{\'e}s qui pr{\'e}valent entre les femmes et les hommes, entre les professions et entre les secteurs d’activit{\'e}, ainsi qu’entre les trois r{\'e}gions du pays. Ensuite, retra{\cc}ant l’{\'e}volution du temps de travail au cours des dix derni{\`e}res ann{\'e}es, l’{\'e}tude montre un net ralentissement de la tendance historique {\`a} la diminution amorc{\'e}e au d{\'e}but du 20e si{\`e}cle. Une comparaison internationale permet de situer la Belgique par rapport aux pays voisins {\`a} ce propos : la France apr{\`e}s les « 35 heures », mais aussi l’Allemagne, les Pays-Bas ou le Royaume-Uni. Enfin, les auteurs dressent un panorama des opinions qui pr{\'e}valent aujourd’hui en Belgique francophone {\`a} l’{\'e}gard de la r{\'e}duction du temps de travail, {\`a} partir d’une enqu{\^e}te r{\'e}alis{\'e}e en collaboration avec la CSC. En conclusion, les auteurs sugg{\`e}rent des pistes pour penser de mani{\`e}re innovante la r{\'e}duction du temps de travail, en tenant compte des transformations profondes que le monde du travail a connues depuis les d{\'e}bats des ann{\'e}es 1990. De nombreux graphiques et tableaux statistiques enrichissent l’expos{\'e}.",
keywords = "Temps de travail, Emploi, Relations collectives de travail, Qualit{\'e} de vie",
author = "G{\'e}rard Valenduc and Patricia Vendramin",
year = "2013",
month = "12",
language = "Fran{\cc}ais",
volume = "2013",
pages = "1--84",
journal = "Courrier hebdomadaire du CRISP",
issn = "0008-9664",
publisher = "Centre de Recherche et d'Information Socio-Politiques (CRISP)",
number = "2191-2192",

}

Valenduc, G & Vendramin, P 2013, 'La réduction du temps de travail', Courrier hebdomadaire du CRISP, vol. 2013, no. 2191-2192, pp. 1-84.

La réduction du temps de travail. / Valenduc, Gérard; Vendramin, Patricia.

In: Courrier hebdomadaire du CRISP, Vol. 2013, No. 2191-2192, 12.2013, p. 1-84.

Research output: Contribution to journalArticle

TY - JOUR

T1 - La réduction du temps de travail

AU - Valenduc, Gérard

AU - Vendramin, Patricia

PY - 2013/12

Y1 - 2013/12

N2 - La réduction du temps de travail est étroitement liée à de nombreuses problématiques, telles que la création d’emplois, la qualité de vie ou le niveau des salaires. Les termes dans lesquels elle se pose ont sensiblement évolué au cours des deux dernières décennies, la dimension collective ayant progressivement fait place à des formes individuelles de réduction du temps de travail.Le n° 2191-2192 du Courrier hebdomadaire du CRISP “La réduction du temps de travail”, rédigé par Gérard Valenduc et Patricia Vendramin, dresse un état des lieux actuel de la question en Belgique. Tout d’abord, il analyse la répartition des salariés belges selon la durée hebdomadaire habituelle de leur travail. Un accent particulier est mis sur les inégalités qui prévalent entre les femmes et les hommes, entre les professions et entre les secteurs d’activité, ainsi qu’entre les trois régions du pays. Ensuite, retraçant l’évolution du temps de travail au cours des dix dernières années, l’étude montre un net ralentissement de la tendance historique à la diminution amorcée au début du 20e siècle. Une comparaison internationale permet de situer la Belgique par rapport aux pays voisins à ce propos : la France après les « 35 heures », mais aussi l’Allemagne, les Pays-Bas ou le Royaume-Uni. Enfin, les auteurs dressent un panorama des opinions qui prévalent aujourd’hui en Belgique francophone à l’égard de la réduction du temps de travail, à partir d’une enquête réalisée en collaboration avec la CSC. En conclusion, les auteurs suggèrent des pistes pour penser de manière innovante la réduction du temps de travail, en tenant compte des transformations profondes que le monde du travail a connues depuis les débats des années 1990. De nombreux graphiques et tableaux statistiques enrichissent l’exposé.

AB - La réduction du temps de travail est étroitement liée à de nombreuses problématiques, telles que la création d’emplois, la qualité de vie ou le niveau des salaires. Les termes dans lesquels elle se pose ont sensiblement évolué au cours des deux dernières décennies, la dimension collective ayant progressivement fait place à des formes individuelles de réduction du temps de travail.Le n° 2191-2192 du Courrier hebdomadaire du CRISP “La réduction du temps de travail”, rédigé par Gérard Valenduc et Patricia Vendramin, dresse un état des lieux actuel de la question en Belgique. Tout d’abord, il analyse la répartition des salariés belges selon la durée hebdomadaire habituelle de leur travail. Un accent particulier est mis sur les inégalités qui prévalent entre les femmes et les hommes, entre les professions et entre les secteurs d’activité, ainsi qu’entre les trois régions du pays. Ensuite, retraçant l’évolution du temps de travail au cours des dix dernières années, l’étude montre un net ralentissement de la tendance historique à la diminution amorcée au début du 20e siècle. Une comparaison internationale permet de situer la Belgique par rapport aux pays voisins à ce propos : la France après les « 35 heures », mais aussi l’Allemagne, les Pays-Bas ou le Royaume-Uni. Enfin, les auteurs dressent un panorama des opinions qui prévalent aujourd’hui en Belgique francophone à l’égard de la réduction du temps de travail, à partir d’une enquête réalisée en collaboration avec la CSC. En conclusion, les auteurs suggèrent des pistes pour penser de manière innovante la réduction du temps de travail, en tenant compte des transformations profondes que le monde du travail a connues depuis les débats des années 1990. De nombreux graphiques et tableaux statistiques enrichissent l’exposé.

KW - Temps de travail

KW - Emploi

KW - Relations collectives de travail

KW - Qualité de vie

M3 - Article

VL - 2013

SP - 1

EP - 84

JO - Courrier hebdomadaire du CRISP

JF - Courrier hebdomadaire du CRISP

SN - 0008-9664

IS - 2191-2192

ER -

Valenduc G, Vendramin P. La réduction du temps de travail. Courrier hebdomadaire du CRISP. 2013 Dec;2013(2191-2192):1-84.