Face aux autoportraits, stigmates et écrits de David Nebreda

Research output: Contribution to journalArticle

Abstract

Les autoportraits photographiques de David Nebreda interpellent, exhibant les blessures et les souillures, l'intolérable auquel l'artiste soumet son corps,. Quel est le statut de cette œuvre? Loin de se réduire simplement à un symptôme psychopathologique, l'œuvre est soutenue par l'artiste comme "nécessaire", c'est-à-dire nécessitée par son défaut; et si elle vaut pour l'autre, a fortiori si elle révèle une vérité, elle acquiert dès lors le statut d'art. Afin de déployer ces enjeux, notre contribution a pris le parti de suivre le dialogue impossible qui s'est établi entre l'artiste et la psychiatrie, comme dialogue entre un constitué et un non-constitué. Ce parcours permet aussi de repérer les points limites de la tentative de Nebreda, et la manière dont il tente de persévérer dans son acte depuis les autoportraits photographiques jusqu'à la révélation sans modèle, en passant par les petites amputations. Au cours de son travail, se modifie également la nature du stigmate.
Original languageEnglish
Pages (from-to)155-180
Number of pages26
JournalChamp psychosomatique
Volume53
Publication statusPublished - 2009

Cite this