Cliniques de la création Fréquentation des oeuvres et sujet à l'ouvrage - Vol 26 (1/2) de la revue Psychoanalytische Perspectieven - 2008/2

Research output: Working paper

Abstract

Sous l'empreinte de Kandinsky, Damien Darcis envisage ses propres recherches picturales comme « une expérience vivante engagée dans une situation mondaine concrète ». Jean Guiraud, fréquentant la peinture de Cézanne, montre comment l'œuvre constitue le motif, en comprimant, compressant, densifiant l'espace. Entre le vu, le senti et le peint, se réalise une intégration tensionnelle de l'œuvre, à même le corps cénesthésique de l'artiste. L'œuvre induit alors un champ, une courbure de l'espace ou une tension de la couleur qui littéralement nous affecte. Marc Belderbos pose l'architecture comme « événement inaugural », verbe premier, qui consiste et s'étend derrière toute production de l'esprit et de la culture. Tanguy de Foy relève le défi de la création dans le transfert : pour des jeunes filles s'étant abîmée dans la criminalité, il s'agit de penser et de déployer un dispositif d'expression, de formation et de structuration, au sein duquel un tiers va permettre la lecture du féminin. Quant à Sarah Willem, touchée par l'œuvre d'Alechinsky, elle témoigne d'une rencontre manquée avec l'artiste, mais bel et bien féconde quant à l'exploration des traces de la biographie de l'artiste dans l'œuvre. Entre l'écriture, la parole et les gestes, Laurence Meurant déploie ce qu'il advient lorsque les contes se disent simultanément par une conteuse sourde utilisant la langue des signes et par un conteur entendant en français.
Original languageFrench
Place of PublicationGent
PublisherF. Geerardyn
Publication statusPublished - 2008

Cite this