Abstract

Cette étude compare l’efficacité et les effets cardiovasculaires ainsi que respiratoires du propofol (PFL) et du pentobarbital (PBL) lors de l’induction et de la maintenance de l’anesthésie chez le mouton. Six brebis, âgées de 5 à 6 ans, sont anesthésiées avec soit du PBL en intraveineux (IV) soit du PFL IV dans un essai clinique croisé. Après sédation avec 150 μg/kg de xylazine et 150 μg/kg de diazepam, le PBL est utilisé à une dose de 3 mg/kg pour l’induction et de 10 mg/kg/h pour la maintenance, alors que le PFL l’est à des doses respectivement de 2 mg/kg et 30 mg/kg/h. Après l’induction, le mouton est intubé et reçoit de l’oxygène pur à un débit de 6 L/min. Divers paramètres tels que la fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire, la SpO2 (pulse-oxymétrie) et la profondeur de l’anesthésie sont enregistrés toutes les 5 minutes. La température rectale est prise toutes les 10 minutes. Notre étude indique que les deux protocoles sont sûrs, bien que la SpO2 n’atteint les 90 % que 30 minutes après le début de l’administration d’oxygène 100 %, alors qu’aucune dépression respiratoire n’est observée. Il est probable que l’alpha 2 agoniste (xylazine) utilisé en prémédication en soit responsable étant donné que ces substances sont bien connues pour leur effet hypertenseur pulmonaire et le changement de rapport ventilation/perfusion occasionné. Les mouvements respiratoires sont plus saccadés avec le PFL. La qualité d’anesthésie est significativement meilleure avec le PBL. Eu égard au moindre coût du protocole incluant le PBL et la qualité de l’anesthésie avec ce dernier, nous pouvons recommander son utilisation pour l’induction et la maintenance de l’anesthésie chez le mouton de laboratoire.
Original languageFrench
Pages (from-to)15-19
JournalSciences et Techniques de l'Animal de Laboratoire
Volume40
Issue number4
Publication statusPublished - 2014

Cite this