Aborder le post-exotisme d'Antoine Volodine en classe de français

    Research output: Contribution to journalArticle

    Abstract

    L'œuvre d'Antoine Volodine, débutée au milieu des années 1980 chez un éditeur de science-fiction, connaît un succès d'estime de plus en plus remarquable (le dernier roman de l'auteur a ainsi reçu le prix Médicis en 2014). D'une extrême cohérence malgré la variété des univers mis en scène, elle construit progressivement un monde post-exotique (selon les dires de l'auteur), qui rappelle souvent les totalitarismes du XXe siècle, dans lequel survivent tant bien que mal (et plutôt mal que bien) des écrivains, des artistes, des révolutionnaires, des marginaux. Cet article propose de faire découvrir cet univers aux élèves du secondaire à travers deux romans, supports de deux activités distinctes: la première, destinée à des élèves de quatrième année, aborde la singularité des références volodiniennes à la science-fiction dans un des romans pour adolescents de l'auteur; la seconde, destinée à des élèves plus âgés, se fonde sur les procédés rhétoriques de l'injure dans les discours totalitaires mis en scène dans Alto Solo, fable atroce parue en 1991.
    Original languageFrench
    Pages (from-to)2-13
    Number of pages12
    JournalÉchanges
    Volume31
    Publication statusPublished - 2016

    Cite this